A partir de dimanche, les passagers arrivant d'Espagne au Royaume-Uni devront se soumettre à une quatorzaine à l'isolement tandis que la Norvège a de nouveau imposé des restrictions sur les voyages vers l'Espagne. Le Premier ministre français Jean Castex a de son côté "vivement recommandé" vendredi aux Français d'"éviter" de se rendre en Catalogne, région du nord-est de l'Espagne où l'épidémie est particulièrement repartie en hausse. 

"Le gouvernement espagnol considère que la situation est sous contrôle, les foyers sont localisés, ont été isolés et contrôlés", a indiqué le ministère des Affaires étrangères. "L'Espagne est un pays sûr", a ajouté le ministère, en indiquant que dans le cas de la quatorzaine britannique, l'Espagne est "en contact" avec Londres dont elle "respecte" les décisions.

L'épidémie est repartie à la hausse en Espagne avec près d'un millier de cas quotidiens jeudi et vendredi, selon les derniers bilans officiels. Le nombre de cas rapporté à la population a triplé en deux semaines tandis que plus de 280 foyers sont surveillés de près par les autorités.
Le ministère de la Santé s'inquiète particulièrement de la situation en Aragon et en Catalogne. Dans cette région, les autorités régionales ont invité les habitants de la métropole barcelonaise à rester chez eux. Elles ont par ailleurs décidé vendredi de fermer les discothèques et les bars de nuit, considérés comme des foyers de contagion. Dans ce contexte, la plupart des régions, compétentes en matière de santé, ont serré la vis en renforçant le caractère obligatoire du masque, qui doit être porté à tout moment dans la rue sous peine d'amende. Dans certaines d'entre elles, des restrictions ont été prises localement comme une limitation du nombre de personnes pouvant se réunir ou l'interdiction des visites dans les maisons de retraite. 

Le gouvernement central, qui assure qu'il ne s'agit pas d'une "deuxième vague", considère que les régions ont les outils suffisants pour contrôler l'épidémie et écarte l'éventualité d'un nouvel état d'alerte, régime d'exception qui a permis d'imposer mi-mars un confinement extrêmement strict qui n'a été levé totalement que le 21 juin. L'Espagne, l'un des pays les plus affectés par la pandémie, dénombre officiellement plus de 28.400 morts et de 272.400 contaminations.