Le chef de l'État français rencontrera son homologue libanais Michel Aoun et le Premier ministre Hassan Diab, au moment où la France envoie du personnel et du matériel pour venir en aide aux autorités libanaises, a précisé l'Élysée.


Une première forte explosion dans la zone portuaire de Beyrouth s'est produite aux alentours de 18h00 (17h00 heure belge) mardi soir, d'abord suivie d'un incendie et de quelques détonations, avant une seconde explosion, beaucoup plus puissante, qui a provoqué un énorme dégagement de fumée en forme de champignon dans le ciel et décimé le port et les bâtiments alentours.

Selon un nouveau bilan mercredi matin de la Croix Rouge libanaise, au moins 100 personnes ont été tuées et plus de 4.000 autres blessées. Les explosions proviennent vraisemblablement d'une cargaison de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium, une substance qui entre dans la composition d'explosifs notamment, stockée "sans mesures de précaution" dans le port de la capitale libanaise, selon le gouvernement.