"De mon point de vue de nouveaux assouplissements ne peuvent pas avoir lieu actuellement", a souligné la chancelière allemande alors que la première économie européenne, qui a jusqu'ici mieux résisté que ses voisins à la pandémie, est confrontée à une résurgence des infections supérieures quasiment chaque jour à un millier de cas.