Parmi ces tags de couleur rouge, figurait une croix gammée, a dit à l'AFP une source judiciaire. Contactée par l'AFP, une source préfectorale a également fait état de la présence sur les murs de l'édifice de dessins représentant "un doigt d'honneur et un sexe masculin". Messaoud Settati, le président de l'association des Musulmans de l'Agenais, gestionnaire du lieu de culte, a raconté à l'AFP avoir été alerté "vers 02H00" par des passants qui avaient remarqué ces inscriptions sur la façade. Les images de vidéosurveillance du lieu de culte ont été saisies par le commissariat d'Agen chargé de l'enquête, a-t-il précisé. Selon M. Settati, elles montrent qu'un homme, seul, a pénétré dans l'enceinte du bâtiment "peu après minuit". Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a condamné "avec la plus grande fermeté les dégradations inacceptables qui ont visé la mosquée d'Agen. Ces actes odieux sont contraires aux valeurs de la République. Soutien aux Musulmans d'Agen".