"Je reste clairement dans la majorité présidentielle en me retrouvant dans ce groupe mais j'effectue un pas de côté pour mieux avancer", écrit le député dans un communiqué. Il assure rester "loyal au président de la République" et "cohérent avec (s)on engagement politique depuis (s)es plus jeunes années en tant que militant UDF puis MoDem".

"Je ne peux que constater que nous avons parfois fait preuve de manque d'explication dans nos réformes, que les territoires ne sont pas assez écoutés, et que trop de décisions sont prises de Paris", a déclaré Perrine Goulet dans une vidéo postée sur Twitter où elle annonce son changement de groupe.

Mme Brocard a elle aussi confirmé son départ pour le groupe MoDem, tout en soulignant qu'elle "restait dans la grande famille de la majorité présidentielle".

Le groupe LREM n'a pas réussi une "ouverture à toutes les idées d'où qu'elle viennent", et a "facilement tendance à dériver vers une sorte de bien-pensance", a-t-elle déclaré à l'AFP, en affirmant "se retrouver davantage" dans le MoDem.

D'autres noms de possibles partants circulent dans la presse. Début août, c'est le "marcheur" Christophe Jerretie qui avait annoncé son départ pour le groupe MoDem, en défendant, également à l'unisson de M. Mignola, l'idée d'"un grand centre".

Le groupe MoDem, allié de LREM, tient jusqu'à mardi ses journées parlementaires dans les Landes. Son patron M. Mignola a assuré devant la presse ne pas avoir eu de contacts avec des députés donnés partants du groupe macroniste: "À aucun moment il n'a été question qu'ils viennent chez nous".

Du côté du groupe LREM, qui compte 279 députés, aucune lettre de démission n'a été reçue.

Cendra Motin par exemple a indiqué à l'AFP qu'elle "ne quittera(it) pas le groupe LREM" mais "milite pour la création d'un intergroupe avec les deux autres groupes de la majorité" (MoDem et Agir). Cet intergroupe doit voir le jour le 15 septembre, jour de la reprise des travaux parlementaires. Xavier Batut a quant à lui "catégoriquement démenti" à l'AFP être partant.

Alors que le flux de départs de LREM n'a pas tari cette année, sur fond de désaccords sur la ligne ou pour les municipales, le groupe a perdu la majorité absolue à l'Assemblée.

Début août, Patrick Mignola a "tendu la main" à ceux "de la majorité et de l'opposition" pour "élargir son groupe" et du même coup la majorité. Quelques députés du groupe Libertés et Territoires pourraient aussi rejoindre le MoDem.

Les députés LREM doivent élire mercredi et jeudi leur nouveau président, après la démission de Gilles Le Gendre. Cinq candidats sont sur les rangs, dont Christophe Castaner et Aurore Bergé. Rémy Rebeyrotte a retiré sa candidature.