Le conseil grec des réfugiés (GCR), ONG grecque de défense du droit d'asile, a annoncé mardi avoir formulé un recours devant le Conseil d'Etat contre une ordonnance de l'exécutif qui en suspend temporairement la procédure. Adoptée le 1er mars, à effet immédiat et valable un mois, cette ordnnance, qui permet aussi le refoulement des demandeurs d'asile, a été la réponse d'Athènes à la décision d'Ankara d'ouvrir fin février les frontières aux migrants qui souhaitaient passer en Europe.

De violents incidents avaient alors eu lieu à Kastanies, l'un des deux postes frontaliers grecs avec la Turquie, où des milliers de demandeurs d'asile avaient alors afflué à destination de l'Europe.

Le recours du GCR a été déposé lundi pour le compte de demandeurs d'asile que cette ONG assiste dans leurs démarches. "Trois femmes qui accompagnent leurs enfants sont menacées d'expulsion immédiate vers l'Afghanistan ou la Turquie alors que leur vie, leur santé et leurs droits fondamentaux sont en danger", prévient dans un communiqué l'ONG. Celle-ci souligne que la suspension de l'octroi du droit d'asile "a été fortement critiquée par des organisations nationales et internationales, y compris la Commission nationale des droits de l'homme et l'Agence onusienne du Haut commissariat des réfugiés".

L'ONG rappelle que ce droit est prévu par "le droit international" et qu'"on ne peut pas le suspendre". Elle exhorte la présidente de la République hellénique, Katerina Sakellaropoulou, à "annuler cet acte législatif illégal et le Parlement grec à ne pas le ratifier pour que la Grèce ne soit pas le premier pays après la Seconde Guerre mondiale à violer le principe international du non refoulement".

De nombreux demandeurs d'asile entrés en Grèce après le 1er mars ont été arrêtés et transférés dans des camps fermés avant leur expulsion prévue en vertu de cette ordonnance malgré les critiques des ONG de défense des droits de l'homme, comme Amnesty International.