La rumeur enfle sur l'état de santé de Poutine après la divulgation d'un enregistrement: qu'en pensent des spécialistes ?

Depuis plusieurs mois, l'état de santé de Vladimir Poutine fait couler beaucoup d'encre. À raison ? Voici ce qu'en pensent des médecins belges.

M.R.

"Nous espérons tous qu'il mourra de son cancer ou d'un coup d'Etat en interne", s'emporte un oligarque russe dans un enregistrement auquel aurait eu accès le New Lines Magazine. S'attaquant avec véhémence au président russe, l'homme d'affaires estime, dans la conversation enregistrée à son insu, qu'il "a ruiné l'économie de son pays" à cause de "problèmes dans sa tête". Cette information relayée par le média vient apporter de l'eau au moulin de ceux qui postulent que le chef du Kremlin est malade. En effet, depuis plusieurs mois, les rumeurs sur l'état de santé de Vladimir Poutine vont bon train . Interrogés par Het Nieuwsblad , plusieurs experts de la santé temporisent toutefois ces propos. S'ils n'écartent pas la possibilité que le chef d'Etat soit souffrant, ils estiment que les arguments agités ces derniers temps sont faibles.

Une (très) longue table pour protéger Vladimir Poutine ?

A plusieurs reprises, le président russe a rencontré des chefs d'Etat autour d'une très grande table - suscitant même des réactions ironiques sur les réseaux sociaux -, laissant une importante distance entre l'hôte et son invité. Certains ont vu dans cette disposition un moyen pour Poutine de protéger sa santé fragile, même s'il n'avait pas eu le même comportement avec son homologue argentin à qui il a serré la main le 3 février. "C'est une spéculation", a confié le professeur Peeters, qui a notamment été à la tête du service d'oncologie à l'hôpital universitaire d'Anvers. "Le 9 mai, on a pu voir Poutine se mélanger aux autres pendant le défilé et serrer des mains."

La rumeur enfle sur l'état de santé de Poutine après la divulgation d'un enregistrement: qu'en pensent des spécialistes ?
©AP

Ces apparitions publiques permettent également, selon le spécialiste de l'UAntwerp, d'écarter les rumeurs parlant d'une leucémie aiguë. "Les patients qui en souffrent sont généralement traités de manière assez intensive avec des greffes de moelle osseuse, ce qui rend compliqué la moindre sortie. Cela semble donc peu probable."

Un comportement instable

Une vidéo diffusée au début du mois de mai avait également fait couler beaucoup d'encre. Dans la séquence télévisée, on pouvait apercevoir Vladimir Poutine se tenant fermement à la table devant lui. Certains ont postulé que le chef d'Etat se comportait ainsi car, souffrant de la maladie de Parkinson, il n'était plus en mesure de contrôler sa main. La démarche du président russe - qui garde constamment un bras fixe - serait également, selon eux, un symptôme de la maladie. "Cela peut être un symptôme, car la maladie de Parkinson est une maladie asymétrique. Mais je pense que c'est plutôt le résultat de sa formation militaire, qui l'a habitué à tenir une arme d'un seul bras", a postulé le neurologue Patrick Santens (UGent) dans Het Nieuwsblad.

Enfin, si certains ont également estimé que le comportement impulsif de Poutine notamment vis-à-vis de l'Ukraine pouvait être lié à la maladie de Parkinson, le neurologue en doute fortement. "Elle peut modifier le comportement, mais la guerre est probablement due à la personnalité sous-jacente", a-t-il conclu.