Guerre en Ukraine : Un millier de militaires ukrainiens sont toujours retranchés à Azovstal, selon un séparatiste prorusse

Un millier de militaires ukrainiens, dont leurs commandants, sont encore retranchés sur le site sidérurgique d'Azovstal de Marioupol, a affirmé mercredi un dirigeant séparatiste prorusse, après que Moscou a annoncé que 959 combattants s'étaient rendus depuis lundi.

AFP
Guerre en Ukraine : Un millier de militaires ukrainiens sont toujours retranchés à Azovstal, selon un séparatiste prorusse
©AP

Il y avait initialement "plus de 2.000 personnes" dans l'aciérie, a déclaré le dirigeant de la république autoproclamé du Donetsk Denis Pouchiline lors d'une rencontre avec la presse à Marioupol, à laquelle a participé l'AFP dans le cadre d'un voyage organisé par le ministère russe de la Défense.

Compte-tenu des redditions depuis lundi, il en reste "un peu plus de la moitié", a-t-il ajouté, soit un millier. "Les commandants, les combattants de haut rang du régiment Azov ne sortent pas pour l'instant", a précisé le dirigeant séparatiste.

Dans la matinée, le ministère russe de la Défense avait indiqué qu'"au cours des dernières 24 heures 694 combattants, dont 29 blessés, se sont constitués prisonniers". "Depuis le 16 mai, 959 combattants dont 80 blessés se sont constitués prisonniers", avait-il ajouté.

Selon la même source, 51 d'entre eux ont été hospitalisés à Novoazovsk, localité sous contrôle des Russes et de leurs alliés séparatistes.

Le ministère n'a donné aucune indication quant au sort qu'il réservait à ces prisonniers, alors que les autorités russes ont indiqué à maintes reprises qu'elles considéraient au moins une partie d'entre eux non pas comme des soldats mais comme des combattants néonazis.

Les autorités ukrainiennes veulent elles organiser un échange de prisonniers de guerre.

Selon Denis Pouchiline, "tous ceux qui sont en bonne santé se trouvent en détention provisoire dans la colonie d'Elenovskaïa". "Concernant les criminels de guerre et ceux qui sont des nationalistes, s'ils ont déposé les armes, il reviendra au tribunal de décider de leur sort", a-t-il ajouté.

Ces militaires ukrainiens étaient retranchés dans les galeries souterraines de l'immense aciérie d'aciérie Azovstal, devenant un symbole international de la résistance à l'offensive russe lancée le 24 février.

Le port stratégique de Marioupol ou se situe le site industriel a été complètement ravagé par les combats.

Mercredi, les rues de la ville, dans laquelle des drapeaux russes ont été déployés, étaient désertes, a constaté un journaliste de l'AFP. Une trentaine de voitures faisaient la queue à une station d'essence. Selon quatre habitants interrogés par l'AFP, l'électricité n'a pas été rétablie, elle est coupée depuis le 3 mars.