"Rentrons à la maison : maman est morte"

Amnesty International, dans son rapport "Anyone Can Die at Any Time", braque ses projecteurs sur une quarantaine de frappes russes - qui ont fait 62 morts et 196 blessés au moins - contre des quartiers résidentiels de la grande ville russophone de Kharkiv.

"Soudain, j'ai vu un flash. J'ai attrapé ma fille et l'ai poussée contre un arbre que j'ai entouré de mon corps, pour qu'elle soit protégée entre l'arbre et moi. Il y avait beaucoup de fumée et je ne voyais rien… Puis, alors que la fumée retombait autour de moi, j'ai vu des gens à terre…" Ivan Litvynenko était de sortie, cet après-midi du 15 avril à Kharkiv, sur une aire de jeux, avec son épouse Oksana et leur fille de quatre ans. "Lorsque ma fille a vu sa mère par terre,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet