Mort d'un journaliste ukrainien: une enquête de RSF accuse les forces russes

L'organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF) a publié mercredi une enquête menée en Ukraine qui prouve, selon elle, que le photoreporter ukrainien Maks Levin a été tué, et peut-être torturé, par des soldats russes en mars.

AFP
Mort d'un journaliste ukrainien: une enquête de RSF accuse les forces russes
©Shutterstock

Ce "rapport donnera lieu à notre sixième plainte" devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, a indiqué RSF à l'AFP. Cette plainte portera "exclusivement sur le cas de Maks Levin", qui était "mentionné parmi plusieurs autres cas dans notre cinquième plainte le 27 mai", a ajouté l'association.

Les corps du journaliste ukrainien Maks Levin et de son accompagnateur, le soldat Oleksiy Chernyshov, ont été retrouvés le 1er avril dans une forêt en lisière de Moschchun, village situé à une vingtaine de kilomètres de Kiev. Les deux hommes avaient disparu le 13 mars.

Du 24 mai au 3 juin, RSF a envoyé sur place une équipe d'enquêteurs notamment composée du photographe de guerre Patrick Chauvel, qui avait travaillé avec Maks Levin pendant quelques jours dans la province du Donbass fin février.

"Les investigations ont permis de mettre au jour des éléments indiquant que le photoreporter et son accompagnateur ont été froidement exécutés, après avoir été probablement interrogés et torturés par les forces russes le jour de leur disparition", écrivent les enquêteurs dans leur rapport.

Ils s'appuient notamment sur les photos de la scène de crime et des éléments matériels retrouvés sur place: des balles selon eux couramment utilisées par l'armée russe et des preuves de la présence russe sur les lieux ("emballages de nourriture, couverts en plastique, paquet de cigarettes, liste d'instruction pour l'utilisation de roquettes,...").

Le rapport émet deux hypothèses sur le déroulement des faits.

Dans le premier scénario, Maks Levin et son accompagnateur, dont le corps a été découvert brûlé, pourraient avoir été abattus après avoir été repérés sans le savoir par des soldats russes.

Dans le second scénario, les deux hommes pourraient avoir été interceptés dans leur voiture par des soldats russes, interrogés voire torturés séparément (peut-être brûlé vif pour Oleksiy Chernyshov), puis abattus.

RSF dit avoir été entendu par la justice ukrainienne et lui avoir "remis neuf preuves matérielles collectées sur le terrain ainsi qu'une clé USB contenant plusieurs dizaines de photos prises par Patrick Chauvel sur la scène du crime".

Maks Levin est l'un des huit journalistes tués depuis le début de la guerre en Ukraine. Le dernier est le Français Frédéric Leclerc-Imhoff, tué par un éclat d'obus tiré par les forces russes le 30 mai.