Moscou remet en question la légalité des frontières de la Lituanie

Moscou a remis en question la légalité des frontières de la Lituanie après l'escalade diplomatique provoquée par les restrictions imposées à l'expédition de marchandises vers l'enclave russe de Kaliningrad.

AFP
Le chef de l'agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozin.
Le chef de l'agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozin. ©AFP

"Fondamentalement, la Lituanie a remis en question ses propres frontières avec cela", a déclaré samedi le chef de l'agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozin, à la télévision publique.

Selon lui, laisser passer les marchandises sans entrave était une condition pour que la Russie reconnaisse les frontières de la Lituanie, une ancienne république soviétique. "La Lituanie ne s'est pas seulement tirée une balle dans la jambe avec cela, mais dans la tête", a-t-il commenté.

Les tensions surviennent après que la Lituanie a interdit le transit ferroviaire sur son territoire de marchandises à destination de Kaliningrad figurant sur les listes de sanctions occidentales. Cette enclave stratégique et militarisée, siège de la flotte russe en mer Baltique, est entourée par la Lituanie et la Pologne, deux membres de l'Otan et de l'Union européenne qui soutiennent fermement Kiev depuis le début du conflit en Ukraine.

Dénonçant un "blocus", le gouverneur de Kaliningrad, Anton Alikhanov, a estimé qu'entre 40% et 50% des importations de l'enclave pourraient être soumises aux restrictions, du charbon aux métaux, en passant par les matériaux de construction et des biens technologiques.

La Russie a qualifié l'interdiction d'"illégale" et menacé de prendre des contre-mesures contre la Lituanie. Les menaces proférées jusqu'à présent incluent la coupure du pays du réseau électrique commun.

L'annulation du traité russo-lituanien sur la frontière de l'État aggraverait cependant de manière importante le conflit.