Frappe russe sur un centre commercial: Emmanuel Macron dénonce une "horreur absolue" et appelle le peuple russe à "voir la vérité" en face

Emmanuel Macron a dénoncé lundi une "horreur absolue" après une frappe de missile sur un centre commercial à Krementchouk en Ukraine et appelé le peuple russe à "voir la vérité" en face, dans un tweet accompagné d'une vidéo du bâtiment envahi par les flammes.

AFP
Frappe russe sur un centre commercial: Emmanuel Macron dénonce une "horreur absolue" et appelle le peuple russe à "voir la vérité" en face
©AFP

"Nous partageons la douleur des familles des victimes. Et la colère devant une telle ignominie", a ajouté le président français, qui participe à un sommet du G7 en Allemagne, dans un message diffusé en russe et en ukrainien.

La France annonce l'envoi de véhicules de transport blindés en Ukraine

La France va envoyer "dans des quantités significatives" des véhicules blindés de transport de troupes en Ukraine, annonce le ministre français des Armées Sébastien Lecornu dans une interview publiée lundi soir.

"Pour se déplacer rapidement dans des zones sous le feu ennemi, les armées ont besoin de véhicules blindés", souligne-t-il dans un entretien accordé au Parisien-Aujourd'hui en France et diffusé sur le site internet du quotidien.

La France va donc "livrer, dans des quantités significatives, des véhicules de transport de ce type, des VAB (Véhicules de l'avant blindés), qui sont armés", ajoute-t-il.

M. Lecornu confirme par ailleurs l'envoi à l'Ukraine de six canons Caesar supplémentaires, fleuron de l'artillerie française, au-delà des douze déjà déployés face aux Russes.

Il ne donne en revanche aucune précision sur la date prévue pour l'envoi de ce renfort supplémentaire qui avait été annoncé par le chef de l'Etat Emmanuel Macron le 16 juin lors de sa visite à Kiev.

Quant à la livraison de missiles anti-navires, demandée par Kiev pour "ouvrir des brèches dans ce blocus maritime imposé par la Russie et qui prive de nombreux pays de livraisons de céréales et de matière premières", cela "fait partie des dossiers examinés", ajoute le ministre, sans donner plus de détails.

Depuis le début de l'offensive militaire lancée par Moscou en Ukraine le 24 février, Paris a livré à Kiev, au-delà des canons Caesar, des missiles anti-chars Milan ou encore des missiles anti-aériens Mistral.

Mi-avril, Florence Parly, alors ministre des Armées, avait chiffré à plus de cent millions d'euros les équipements militaires livrés par la France à l'Ukraine.

Sur le même sujet