La Crimée va être reliée au sud de l'Ukraine occupée par train et bus dès le 1er juillet

Des lignes de train et de bus relieront à partir du 1er juillet la Crimée, annexée par la Russie, aux nouvelles régions conquises du sud de l'Ukraine, ont annoncé mercredi les autorités d'occupation prorusses.

Kherson
Kherson ©AP

Il s'agit d'une première depuis l'annexion de la Crimée en 2014 par Moscou et la suspension des transports entre ces régions.

Le ministère autoproclamé de l'Intérieur de la région de Kherson, occupée depuis mars par les troupes russes, a indiqué dans un communiqué que des bus feront deux fois par jour l'aller-retour entre Simféropol, la capitale de la Crimée, et la ville de Kherson. ,Elle ajoute que des bus relieront aussi à partir du 1er juillet Simféropol aux villes conquises de Mélitopol et Berdiansk, dans la région ukrainienne de Zaporijjia, partiellement occupée par l'armée russe.

Selon la même source, une ligne ferroviaire fonctionnera aussi désormais entre la ville criméenne de Djankoï et celles de Kherson et Mélitopol. "La sécurité des transports sera assurée par Rosgvardia", la garde nationale russe, a précisé le communiqué.

Depuis la prise de ces territoires du sud de l'Ukraine, Moscou mène une politique de russification : la monnaie russe, le rouble, a été instaurée, des passeports russes commencent à être distribués, et les voix critiques sont réprimées. Le maire ukrainien élu de Kherson, Igor Kolykhaev, qui avait été écarté du pouvoir en avril, a été arrêté mardi.

Les nouveaux responsables locaux prorusses, eux, ne cessent de clamer leur volonté d'organiser des référendums pour que ces régions soient rattachées à la Russie.

Le chef adjoint de l'administration d'occupation de Kherson, Kirill Stremooussov, a réaffirmé mercredi sur Telegram qu'un référendum était en préparation, sans donner de calendrier.

Parallèlement, plusieurs attentats ont visé dans la région ces dernières semaines des représentants acquis au Kremlin.

Le 24 juin, un responsable prorusse a été tué à Kherson dans l'explosion de sa voiture, un acte qualifié de "terroriste" par Moscou.

Ces dernières semaines, les forces ukrainiennes sont repassées à l'offensive dans la région de Kherson et ont repris du terrain aux Russes.

Sur le même sujet