La Russie est une "menace directe" pour la "sécurité" des pays de l'Otan, déclare Jens Stoltenberg

La Russie représente une "menace directe" pour la sécurité des pays de l'Otan, a déclaré mercredi le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, alors que les alliés vont décider lors d'un sommet à Madrid, d'un important renforcement de leur dispositif militaire sur le flanc oriental de l'Otan, en réponse à l'invasion russe de l'Ukraine.

AFP

"Nous allons dire clairement", lors du sommet qui doit réviser la feuille de route de l'Alliance pour la première fois depuis 2010, "que la Russie représente une menace directe pour notre sécurité", a-t-il dit à son arrivée au parc des expositions Ifema dans la banlieue de la capitale espagnole.

Cette menace que représente le Russie figurera dans le nouveau "concept stratégique" - une sorte de mode d'emploi régulièrement révisé du traité fondateur datant de 1949 - que les chefs d'Etat et de gouvernement des trente pays alliés doivent approuver mercredi.

L'actuel concept, approuvé en 2010, présentait la Russie comme un partenaire stratégique et ne mentionne pas la Chine, devenue entre-temps une puissance mondiale.

M. Stoltenberg a encore évoqué la prochaine étape dans la procédure d'adhésion de la Finlande et de la Suède après que la Turquie a levé mardi son veto à la candidature des deux pays nordiques.

'Les dirigeants (alliés) prendront la décision historique d'inviter la Finlande et la Suède", a-t-il dit.

Selon lui, il s'agira de l'une des adhésions les plus rapides dans l'histoire de l'Otan. "Il n'y a que quelques semaines entre la demande de devenir membre et l'invitation (à adhérer) maintenant", a souligné M. Stoltenberg.

Le protocole d'adhésion devra ensuite être ratifié - souvent par voie parlementaire - par les trente Etats-membres actuels, a-t-il rappelé en affirmant s'attendre à une ratification rapide.