L'Ukraine participera au prochain sommet du G20 à deux conditions

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti mercredi son homologue indonésien, Joko Widodo, en visite à Kiev, que sa participation au sommet du G20 dans son pays en novembre dépendrait "de la situation de la sécurité en Ukraine et de la composition des membres du sommet".

L'Ukraine participera au prochain sommet du G20 à deux conditions
©Shutterstock

Il n'a pas mentionné directement le président russe Vladimir Poutine, mais la participation de ce dernier, invité par l'Indonésie, fait l'objet d'intenses controverses diplomatiques, le Premier ministre italien Mario Draghi affirmant qu'elle était "exclue" dans le contexte de l'invasion de l'Ukraine, tandis que le Kremlin maintient que l'invitation a été acceptée.

M. Zelensky a remercié devant la presse son homologue pour "l'invitation personnelle" que celui-ci lui a adressée, alors que l'Ukraine n'est pas membre du G20.

"Certainement, j'accepte l'invitation. La participation de l'Ukraine dépendra de la situation sécuritaire dans le pays et de la composition" du sommet, a-t-il dit.

L'Indonésie, qui préside le G20 cette année et qui adopte une position neutre face à la guerre en Ukraine, a invité M. Poutine avant le début de l'invasion et lorsque celle-ci a commencé, a résisté aux pressions de plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis, pour annuler cette invitation.

Ces pressions ont abouti à l'invitation de M. Zelensky par M. Widodo pour un sommet prévu les 15 et 16 novembre à Bali.

Mario Draghi a affirmé mardi que M. Widodo avait "exclu" la présence physique de M. Poutine, laissant entendre qu'il pourrait tout de même participer par visioconférence.

Le Kremlin a rapidement démenti cette annonce: "Ce n'est pas M. Draghi qui décide en la matière", a déclaré un conseiller présidentiel, Iouri Ouchakov, cité par l'agence russe Interfax. "Nous avons reçu l'invitation et nous avons donné une réponse positive".

Le président indonésien doit rencontrer M. Poutine jeudi à Moscou.