Le coût de la reconstruction de l'Ukraine estimé à 750 milliards de dollars : " La tâche commune de tout le monde démocratique"

Il faudra au moins 750 milliards de dollars pour reconstruire l'Ukraine mise à feu et à sang par les troupes russes depuis plus de quatre mois et ce sera l'affaire de toutes les démocraties, ont souligné lundi son président et son Premier ministre.

AFP
Le coût de la reconstruction de l'Ukraine estimé à 750 milliards de dollars : " La tâche commune de tout le monde démocratique"
©AFP

Volodymyr Zelensky, par visioconférence, et Denys Chmygal, en présentiel, se sont exprimés à l'ouverture de la Conférence de Lugano, qui affiche l'ambition, en deux jours, de dessiner les contours d'une stratégie pour relever leur pays.

"La reconstruction de l'Ukraine est la tâche commune de tout le monde démocratique" et "la contribution la plus importante à la paix dans le monde", a lancé M. Zelensky devant les responsables des Etats alliés de Kiev ou de nombreuses institutions internationales ainsi que des représentants du secteur privé.

"Qui doit payer pour le plan de reconstruction, qui est d'ores et déjà estimé à 750 milliards de dollars ?", s'est demandé M. Chmygal, avant d'apporter la réponse : saisir les avoirs russes gelés dans le cadre des sanctions internationales, qu'il évalue à entre 300 et 500 milliards de dollars.

M. Chmygal a aussi exposé le plan de reconstruction en trois étapes concocté par son gouvernement.

L'urgence est d'aider la population touchée par la guerre avant, dans un 2e temps, de financer des milliers de projets de reconstruction et, à long terme, il faut préparer une Ukraine européenne, verte et numérique, a expliqué le Premier ministre.

Pour mieux convaincre, la délégation ukrainienne - y compris la Première dame Olena Zelenska par visioconférence - s'est livrée pendant plusieurs heures à d'impressionnants exposés très détaillés sur les dégâts causés aux infrastructures, à la production d'énergie ou encore au tissu social mais aussi sur les besoins et ce que doit être la nouvelle Ukraine.

En T-shirt noir, le vice-Premier ministre Mykhaïlo Fedorov, chargé du numérique dans son gouvernement, a fait un exposé digne de Steve Jobs sur les prouesses cyber des Ukrainiens et sa vision d'un pays ancré dans les nouvelles technologies.

Et l'aide ne doit pas aller dans un seul sens, a souligné le ministre de l'Energie, expliquant que l'Ukraine était prête à vendre de l'électricité à l'Europe.

"Nous pouvons prendre des décisions rapidement sur ce dont vous avez besoin, de la documentation, aux licences et aux autorisations (...) investissez en Ukraine", a-t-il dit devant la salle.

Reconstruction et réformes

Le président de la Confédération helvétique Ignazio Cassis a estimé que reconstruction et réformes "se renforcent" et appelé à poursuivre la lutte contre la corruption ou la réforme de la justice malgré la guerre.

La réunion de Lugano doit aboutir à "un processus politique efficace", a-t-il ajouté.

Ce dispositif doit passer par des principes de gouvernance et des critères pour garantir l'assistance à l'Ukraine et la répartition des rôles entre cette nation, les autres Etats, les institutions internationales, le secteur privé et la société civile.

L'un des mécanismes proposés par les Ukrainiens est "l'adoption" par un pays allié d'une région spécifique en Ukraine pour être plus efficace.

Ainsi, la France concentrera ses efforts sur la région de Tchernihiv (nord) en particulier, a souligné une source diplomatique française.

"Cette région a été particulièrement durement touchée par les bombardements russes pendant les premières semaines de la guerre. La ville de Tchernihiv a des liens anciens établis avec la France et notamment avec la région Île-de-France" (Paris et ses environs), a précisé cette même source.

Selon le même principe, la région de Kiev échoit au Royaume-Uni. L'Australie et le Danemark sont aussi impliqués.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a lâché un vigoureux "Slava Ukraïni !" ("Gloire à l'Ukraine !") en conclusion d'un discours dans lequel elle a insisté sur la reconstruction d'une Ukraine meilleure.

Si l'UE aide ce pays à gagner la guerre, "nous devons aussi nous assurer que l'Ukraine gagnera la paix qui va venir sans aucun doute", a-t-elle relevé.

La conférence avait été planifiée bien avant le conflit et devait initialement se concentrer sur les réformes en Ukraine, notamment sur la lutte contre une corruption endémique. Dans son rapport 2021, l'ONG Transparency International classe ce pays 122e sur 180.

Si on doit surtout parler reconstruction à Lugano, le sujet de la corruption a été mis en avant par plusieurs intervenants dès le départ en raison des sommes en jeu et des risques de détournement des fonds.

La Conférence doit s'achever mardi avec l'adoption des principes de Lugano destinés à guider un effort colossal qui pourrait durer plusieurs décennies, selon un diplomate suisse.