L'Ukraine enquête sur 21.000 crimes de guerre présumés

Après son invasion par la Russie le 24 février dernier, l'Ukraine enquête désormais sur plus de 21.000 crimes de guerre et crimes d'agression, présumés commis par la Russie depuis le début du conflit, rapporte la BBC jeudi.

L'Ukraine enquête sur 21.000 crimes de guerre présumés
©AP

Dans une interview au média public britannique, la procureure générale Iryna Venediktova a déclaré recevoir des rapports faisant état, par jour, de 200 à 300 crimes de guerre. Elle admet que la majorité des procès se dérouleraient par contumace, les prévenus ne seraient donc pas présents lors des jugements.

Malgré la négation de la Russie de toutes les allégations de crimes de guerre, elle précise que c'est une "question de justice" de mener à terme les poursuites. Mme Venediktova a rappelé lors de l'interview que les soldats russes qui ont torturé, violé, ou tué des civils "doivent comprendre que ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils se retrouvent tous devant un tribunal."

En mai, elle déclarait qu'environ 600 suspects avaient déjà été identifiés et que 80 poursuites avaient été engagées, mais le travail de son bureau dans tout le pays pour enquêter sur les plaintes est compliqué. En effet, certaines régions sous contrôle russe ne sont pas accessibles, empêchant de mener les enquêtes de "manière appropriée et efficace."

L'Ukraine affirme avoir découvert de multiples fosses communes à Bucha, Borodyanka et dans d'autres villes proches de la capitale Kiev, qui ont été brièvement occupées par les troupes russes.

Le premier soldat russe à être jugé en Ukraine, le sergent Vadim Shishimarin, a été condamné à la prison à vie pour avoir tué un civil en mai.