Si la Russie veut couper le gaz, elle "n'attendra pas l'hiver", assure Josep Borrell

Si la Russie souhaite "couper le gaz" à l'Union européenne, elle "n'attendra pas l'automne ou l'hiver", a estimé jeudi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, jugeant néanmoins peu probable une interruption "brutale" de l'approvisionnement.

AFP
Si la Russie veut couper le gaz, elle "n'attendra pas l'hiver", assure Josep Borrell
©AP

"Si la Russie veut nous couper le gaz, elle n'attendra pas l'automne ou l'hiver pour le faire, elle ne nous permettra pas de remplir nos stocks pendant l'été", a déclaré M. Borrell, interrogé sur la chaîne de télévision publique espagnole TVE.

"Elle le fera le plus tôt possible pour éviter qu'en hiver, nous ayons des réserves qui nous permettent de tenir", a-t-il ajouté, estimant que la décision de Moscou dépendrait "de beaucoup de facteurs", dont "l'évolution de la guerre en Ukraine".

Pour Josep Borrell, il est néanmoins peu probable qu'il y ait "une rupture brutale" dès "demain" de l'approvisionnement, même si Moscou est déjà en train d'annoncer que les livraisons de gaz seront "moins élevées que prévu".

La Russie veut vendre son gaz et recherche "des clients alternatifs" à ceux de l'UE, car elle sait que nous allons nous passer à terme complètement du gaz russe, a souligné le chef de la diplomatie européenne.

Moscou est d'ailleurs en train de construire à la hâte d'autres gazoducs, "reliés à d'autres clients". Mais la mise en service de ces gazoducs "prendra du temps", a-t-il rappelé.

La Russie a fortement réduit ces dernières semaines ses livraisons de gaz à l'Europe - notamment via le gazoduc Nord Stream, qui ne fonctionnait mercredi qu'à 20% de ses capacités - en évoquant des nécessaires travaux de maintenance.

Mais les Européens réfutent le motif technique et accusent Moscou d'utiliser le gaz comme arme économique et politique, en plein bras de fer économique déclenché par l'invasion russe de l'Ukraine.

Pour tenter de prévenir les risques de pénuries cet hiver, les 27 membres de l'UE se sont accordés mardi sur un plan prévoyant que chaque pays fasse "tout son possible" pour réduire, d'ici à mars 2023, sa consommation de gaz d'au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période.

La Russie représentait jusqu'à l'an dernier quelque 40% des importations gazières de l'UE.

Sur le même sujet