Guerre en Ukraine : Fin de huit mois de mission en Estonie pour les avions belges de combat F-16

Huit mois de mission de défense de l'espace aérien des pays baltes, dans un contexte marqué par les tensions liées à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, 944 heures de vol depuis avril, quatorze interceptions d'avions russes et des patrouilles armées le long des frontières orientales de l'Otan.

Guerre en Ukraine : Fin de huit mois de mission en Estonie pour les avions belges de combat F-16
©BELGA

Tel est le bilan dressé lundi par la Force aérienne lors du retour d'Estonie de ses quatre avions de combat F-16. Ces appareils se sont posés en matinée sur la base aérienne de Florennes, devant la presse et après deux heures et quarante minutes de vol, en provenance directe d'Amari, d'où ils ont opéré depuis début décembre dernier pour un déploiement d'une durée inhabituelle (deux rotations successives de quatre mois).

La mission a toutefois évolué en avril à la suite de la guerre en Ukraine, passant de la protection de l'espace aérien des trois pays baltes - membres de l'Otan depuis 2004 mais dépourvus d'avions de combat - à des "activités de vigilance renforcée" ('enhanced Vigilance Activities', eVA), a expliqué aux journalistes le "numéro" du 2e wing tactique basé à Florennes, le lieutenant-colonel Arnaud Henuzet.

Ce qui a exigé une légère augmentation du personnel déployé, de 65 à 72 personnes, provenant principalement des deux bases F-16 belges, Florennes et Kleine-Brogel, a ajouté l'officier.

Depuis le 1er avril, les quatre chasseurs belges ont ainsi effectué 944 heures de vol, à raison de quatre sorties par jour six jours sur sept (sauf le dimanche). Ils ont effectué quatorze interceptions d'avions russes au-dessus de la mer Baltique, dans l'espace aérien international. Ils ont aussi réalisé des missions de patrouilles "de frontière" et de "combat" (en jargon des "Combat Air Patrols", CAP) dont l'une, d'une durée de huit heures, les a menés jusqu'en Roumanie avec l'aide d'un avion ravitailleur