Russes et Ukrainiens se rejettent la faute pour une frappe à Donetsk, ville occupée par les forces pro-russes

Ce jeudi 4 août 2022, un énième bombardement a eu lieu en plein coeur de Donetsk, capitale régionale séparatiste occupée par les forces russes depuis 2014.

Russes et Ukrainiens se rejettent la faute pour une frappe à Donetsk, ville occupée par les forces pro-russes
© SIPA USA

L’obus, qui a touché le Donbass Palace ainsi que le Théâtre de l'Opéra et du Ballet, a fait 6 victimes, décédées. Cet hôtel était connu pour loger des délégations officielles ainsi que des employés de médias russes.

Bien que le système de défense anti-aérien ait été activé, il n'a pas pu empêcher au moins deux projectiles de frapper cette installation culturelle, selon les médias russes. Les journalistes résidant au Donbass Palace ont cependant pu être évacués dans les sous-sols des bâtiments.

Diverses vidéos et images se retrouvent d’ores et déjà sur Twitter.

Une cérémonie commémorative qui tourne au drame

Le maire de la ville, Alexey Kulemzin, a déploré jeudi au TASS, une agence de presse russe, le bombardement : "C'est une grande tragédie pour la ville, qui a une fois de plus été la cible de tirs", a-t-il déclaré. "Il y a des morts et des blessés parmi les civils qui s'étaient rassemblés pour une dernière cérémonie d'adieu". Il a notamment qualifié cette frappe d'acte "terroriste" et d'une "atrocité", "c'est un acte brutal que les autorités de Kiev ont commis lors d'une cérémonie d'adieu finale pour le héros de la Russie et le héros de la République populaire de Donetsk [Olga] Kachura. Il s'agissait d'une attaque spécifique et délibérée", a-t-il ajouté. Le héros de la Russie en question était une combattante prorusse morte au front la veille. Cette dernière était d'ailleurs accusée de terrorisme par l'Ukraine et condamnée à 12 ans de prison.

Propagande ?

En Russie, les médias ont immédiatement accusé l'Ukraine et qualifiée la frappe d'inédite puisque Donetsk (qui se situe à douze kilomètres du front) n'a que très rarement été sujette aux bombardements : "Jamais au cours des huit dernières années les forces ukrainiennes n'ont couvert un enterrement de tirs d'artillerie (…) aujourd'hui, les néonazis ukrainiens, comme on dit, ont touché le fond", déclare la chaîne télévisée pro-Kremlin Pervy Kanal.

L’Ukraine s’est défendue face aux accusations en assurant n’avoir aucune implication dans la frappe. Mikhaël Podolyak, conseiller du chef du bureau du président, a en effet déclaré lors du journal télévisé ukrainien Breakfast que des troupes russes ou des combattants de pseudo-républiques pourraient être à l’origine de cette attaque.

Le conseiller a donc expliqué que l’AFU (Armed Forces of Ukrain) a pour mission de détruire des dépôts de munition et de carburant de l’ennemi ainsi que leurs quartiers généraux opérationnels et tactiques dans le but de réduire la puissance de son adversaire.

Il a ensuite affirmé que"seuls les Russes ont frappé Donetsk, ou bien le corps de la "milice populaire" des "républiques" criminelles non reconnues. Cela n'a aucun sens pour nous de bombarder tel ou tel événement à Donetsk". Il évoque ainsi une mise en scène de la part des russes aux fins de la propagande : "ces explosions [sont nécessaires] uniquement pour montrer quelles bêtes féroces sont en face, et qu'il faut donc se battre plus férocement, et poursuivre l'invasion pour tuer les Ukrainiens".
Il est donc à l'heure actuelle impossible de savoir qui est le responsable de cette frappe.