Guerre en Ukraine: après le bombardement d'une centrale nucléaire, le Kremlin met en garde contre des "conséquences catastrophiques" pour l'Europe

Le Kremlin a accusé lundi les forces de Kiev d'être responsables du bombardement de la plus grande centrale nucléaire d'Ukraine et d'Europe et a mis en garde contre des "conséquences catastrophiques" pour l'Europe.

Guerre en Ukraine: après le bombardement d'une centrale nucléaire, le Kremlin met en garde contre des "conséquences catastrophiques" pour l'Europe
©AP

Le bombardement du site de la centrale nucléaire de Zaporijjia "par les forces armées ukrainiennes" est "potentiellement extrêmement dangereux" et "pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour une vaste zone, y compris pour le territoire européen", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La Russie "attend des pays qui ont une influence sur les dirigeants ukrainiens d'user de leur influence pour empêcher que de tels bombardements se poursuivent", a-t-il jouté.

La centrale de Zaporijjia, située dans le sud de l'Ukraine et contrôlée par les forces russes, a été la cible de deux bombardements ces derniers jours qui ont touché certaines de ses installations.

Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de ces frappes.

Le ministère russe de la Défense a affirmé lundi que la dernière frappe, dans la nuit de samedi à dimanche, avait endommagé une ligne à haute tension fournissant de l'électricité à deux régions ukrainiennes.

Il a aussi fait état d'une "surtension" dans la centrale qui a provoqué une émanation de fumée dans un appareillage de commutation, une installation visant à protéger et contrôler les équipements électriques.

"Les pompiers qui sont arrivés sur place ont réussi à éliminer la fumée", a ajouté le ministère russe.

Selon la même source, "la puissance des réacteurs 5 et 6 de la centrale nucléaire a été réduite à 500 MW afin d'empêcher l'interruption des opérations".

Ce n'est pas la première fois que la situation dans la centrale de Zaporijjia suscite des inquiétudes.

Lors de leur assaut ayant conduit à la prise de la centrale de Zaporijjia en mars, les militaires russes avaient ouvert le feu sur des bâtiments administratifs du site, suscitant la crainte d'un accident nucléaire majeur.

Et le mois dernier, la Russie avait accusé les forces ukrainiennes d'avoir frappé au drone sur le territoire de cette centrale nucléaire.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a souligné lundi que "toute attaque contre des centrales nucléaires est une chose suicidaire".