Cette agence de voyage propose des visites guidées en Ukraine: "Si vous voulez voir nos villes détruites, il faut venir maintenant"

Malgré les dangers encourus, 150 touristes ont déjà tenté l'expérience.

Un immeuble détruit à Irpin, le 25 juillet 2022.
Un immeuble détruit à Irpin, le 25 juillet 2022. ©DPA

Alors que les bombes continuent de pleuvoir dans le sud du pays, notamment dans les villes de Kherson et Odessa, certaines régions ukrainiennes commencent tout doucement à se relever après des mois de conflit intense. La vie reprend peu à peu... et le tourisme aussi.

Malgré la situation toujours très instable, l'agence de voyage "Visit Ukraine Today" propose aux touristes étrangers de venir visiter l'Ukraine dévastée par les bombes. Concrètement, des visites guidées d'une journée sont organisées dans les "villes courageuses" qui ont défié et continuent de résister aux envahisseurs russes, offrant aux voyageurs un aperçu de la façon dont le pays s'en sort au milieu du conflit.

Les personnes qui s'inscrivent aux tours peuvent s'attendre à marcher parmi les débris de bombes, les bâtiments en ruine, les cathédrales et les stades, ainsi que le matériel militaire brûlé, le tout en entendant régulièrement le hurlement des sirènes de raid aérien. Des excursions sont notamment proposées à Boutcha, Irpin, Kiev ou encore Lviv.

Malgré les alertes internationales déconseillant les voyages en Ukraine, la société affirme avoir vendu 150 billets jusqu'à présent.

Si l'offre proposée peut s'apparenter à du voyeurisme, le fondateur et PDG de "Visit Ukraine Today", Anton Taranenko, assure à CNN Travel que le but de son agence est surtout de montrer un visage résilient de son pays.

"Il ne s'agit pas seulement des bombes, ce qui se passe aujourd'hui en Ukraine, c'est aussi la façon dont les gens apprennent à vivre avec la guerre, à s'entraider", explique-t-il. "Peut-être qu'en face de l'endroit où une bombe a récemment frappé, vous verrez des amis manger un bon repas traditionnel dans un bistrot qui a rouvert ses portes."

"Nous sommes heureux à certains moments, nous ne vivons pas que des choses horribles et tristes comme on le voit à la télévision. La vie continue et nous avons un réel espoir que tout cela se termine bientôt."

Si Anton Taranenko reconnaît que le risque zéro n'existe pas, il continue à exhorter les touristes à le rejoindre. "Si vous voulez voir nos villes détruites et notre population courageuse qui se bat, il faut venir maintenant!"