Des plaintes retrouvées révèlent les abus subis par de nombreux soldats russes: "Nos enfants ne sont pas des animaux"

De nombreuses plaintes envoyées au bureau du procureur militaire russe, obtenues par les médias Bellingcat et The Insider, révèlent une situation problématique.

Des plaintes retrouvées révèlent les abus subis par de nombreux soldats russes: "Nos enfants ne sont pas des animaux"
©Shutterstock

Selon les correspondances retrouvées par les médias Bellingcat et The Insider, les soldats russes seraient parfois forcés ou fortement incités à se rendre en Ukraine pour se battre.

Là-bas, les soldats vivraient dans des conditions misérables, avec des installations médicales qui se font rares ainsi que de la nourriture en quantité insuffisante.

La colère des parents

La mère de Mihkail, soldat russe d'une vingtaine d'années, donne les raisons de sa colère dans le courriel qu'elle envoie au bureau du procureur: " Quand j'ai appelé mon fils, il m'a dit qu'ils l'emmenaient faire un exercice. Plus tard, il s'est avéré que c'était pour partir en guerre. Ils restaient dans des tentes, ne pouvaient pas se laver du tout. Il a dû manger des rations sèches et n'a reçu qu'une demi-portion" , explique-t-elle. "Il n'y avait pas non plus d'eau potable dans le train. Nos enfants ne sont pas des animaux. Où est la justice ?"

D'autres parents déclarent que leurs enfants "ont été induits en erreur pour participer à une opération militaire et que leur vie est désormais en danger. Ils n'ont jamais eu de formation militaire complète. ". Ceux-ci demandent alors de retrouver leurs enfants et " de les emmener d'urgence dans un endroit sûr ."

D'autres témoignages confirment cette tendance à la coercition au sein de l'armée. Elena, citoyenne russe, explique même que le petit-fils d'une amie a été " forcé à signer un contrat et a été battu par ses supérieurs ".

Faux prétextes

De nombreux soldats russes ainsi que des conscrits (personnes inscrites pour accomplir leur service militaire) ont été manipulés, explique un soldat de 21 ans. Celui-ci, qui pensait être envoyé en Syrie, s’est finalement retrouvé sur le territoire ukrainien: "

J'ai été envoyé en Ukraine de manière frauduleuse sans tenir compte de mes propres souhaits"

, raconte-t-il.

"Je suis en première ligne, en position de tir. J'ai perdu tous mes amis au combat. J'ai 21 ans et je veux vivre. Mais que puis-je faire ?"