L'Ukraine affirme menacer les troupes russes dans la région de Kherson

L'Ukraine pourrait mettre la Russie en difficulté.

L'Ukraine affirme menacer les troupes russes dans la région de Kherson
© ZUMA PRESS

L'Ukraine a affirmé dimanche que les troupes russes ayant franchi le fleuve Dnipro dans la région de Kherson, ville du sud occupée par Moscou, risquaient d'y être coincées après la mise hors d'usage de tous les ponts existant. "Les seuls moyens de traverser le fleuve pour l'occupant sont des pontons près du pont Antonivski mais ils ne pourront pas totalement répondre à leurs besoins", a déclaré à la télévision ukrainienne un député régional, Serguiï Khlan.

Selon lui, "la Russie transfère ses centres de commandement de la rive droite du fleuve vers la gauche, consciente qu'en cas d'escalade, ils ne pourront pas être évacués à temps".

Il a estimé à 20.000 le nombre de soldats russes présents sur la rive droite du fleuve et précisé qu'ils peuvent toujours "traverser les ponts abimés à pied".

Les troupes russes se sont emparées au début de l'invasion de l'Ukraine de Kherson, sur le fleuve Dnipro, la seule capitale régionale qu'elles ont jusqu'à présent réussi à conquérir.

Elles ont avancé de quelques dizaines de kilomètres vers l'ouest mais les trois ponts (deux routiers et un ferroviaire) qui franchissent le fleuve dans la zone qu'elles contrôlent ont été à plusieurs reprises bombardés ces dernières semaines.

Le plus important est le pont Antonivski, en banlieue de Kherson, plusieurs fois touché par des missiles depuis fin juillet. Un autre est le pont de Nova Kakhovka, 50 kilomètres au nord-est, cible de frappes cette semaine.

"Hier (vendredi), nos forces armées ont finalement et avec efficacité frappé le pont près de Nova Kakhovka. Les Russes ne peuvent plus transférer de matériel, de munitions et même de nourriture pour leurs troupes", avait déjà affirmé samedi soir Serguiï Khlan.

Le ministère britannique de la Défense a confirmé samedi dans son briefing quotidien que "les deux principaux ponts routiers donnant accès à la poche du territoire occupée par la Russie sur la rive ouest du Dnipro sont probablement hors d'usage".