L'Estonie enlève des monuments datant de l'époque soviétique: "Symboles des répressions et de l'occupation"

Kaja Kallas, Première ministre estonienne, a annoncé le retrait des monuments à la gloire de l'armée russe.

AFP
L'Estonie enlève des monuments datant de l'époque soviétique: "Symboles des répressions et de l'occupation"
©AFP

L'Estonie a enlevé mardi un monument commémoratif de la Seconde Guerre mondiale dressé dans le temps à la gloire de l'Armée rouge, à Narva, ville habitée par une importante minorité russophone, et a accusé Moscou d'utiliser ces ouvrages pour attiser les tensions. "Mon gouvernement a décidé de retirer les monuments soviétiques des espaces publics en Estonie", a déclaré la Première ministre Kaja Kallas dans un tweet mardi.

"Symboles des répressions et de l'occupation soviétique, ils sont devenus une source de tensions sociales croissantes - en ces temps, nous devons maintenir au niveau minimum les risques pour l'ordre public", a-t-elle ajouté.

L'opposition locale au retrait du monument, qui représentait un vieux char d'assaut de l'Armée rouge T-34, avait fait craindre une répétition des émeutes qui avaient éclaté à Tallinn en 2007 à la suite de l'enlèvement d'un autre monument soviétique.

Le char T-34 datant de la Seconde Guerre mondiale, qui faisait partie du mémorial de Narva, sera transféré au Musée estonien de la guerre. A sa place, la fosse commune de victimes de la guerre recevra une "pierre tombale neutre".

L'Estonie et sa voisine balte la Lettonie comptent toutes les deux d'importantes minorités russophones qui sont parfois en désaccord avec les gouvernements nationaux.

Certains craignent que Moscou ne cherche à exploiter ces divergences de vue pour déstabiliser ces pays, membres de l'UE et de l'Otan.