Guerre en Ukraine: l'armée russe envoie des renforts vers Kharkiv, des "combats acharnés" en cours

L'armée russe envoyait vendredi des renforts en direction de la région ukrainienne de Kharkiv, réplique à une percée grâce à laquelle Kiev dit avoir repris le contrôle de 30 localités dans cette zone frontalière de la Russie.

Guerre en Ukraine: l'armée russe envoie des renforts vers Kharkiv, des "combats acharnés" en cours
©AFP

"Nous prenons progressivement le contrôle de nouvelles localités. Nous ramenons partout le drapeau ukrainien et la protection à nos citoyens", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une vidéo, annonçant la prise de 30 localités dans cette régions.

Kiev a affirmé jeudi avoir reconquis quelque 1.000 km2 ces derniers jours, en particulier la ville de Balakliïa. "C'est difficile, mais on avance", a déclaré vendredi sur Telegram le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Valery Zaloujny.

Dans le village de Grakové, près de Kharkiv, repris aux forces russes il y a deux jours, des journalistes de l'AFP ont vu vendredi des destructions témoignant de la violence des combats, tandis que la police procédait à l'exhumation de deux corps, possiblement victimes d'un crime de guerre russe.

"C'était effrayant, il y avait des bombardements et des explosions partout", a raconté à l'AFP Anatoli Vassiliev, 61 ans, l'un des rares habitants à être resté à Grakové.

Malgré les gains territoriaux des forces ukrainiennes, le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Sinegoubov a exhorté les habitants partis à ne pas revenir, faute d'électricité ou de gaz dans les villages repris aux Russes.

Les médias russes faisaient de leur côté état du déploiement de renforts dans cette direction, diffusant des vidéos montrant blindés, obusiers et camions roulant en grand nombre sur des routes non géolocalisées. Moscou n'a fait aucun commentaire sur ce déploiement, se contentant d'énumérer, comme chaque jour, les lourdes pertes que l'armée russe aurait infligé aux Ukrainiens.

Signe de l'avancée ukrainienne, les autorités prorusses des territoires occupés dans la région ont pour leur part annoncé vendredi évacuer les habitants vers d'autres zones sous contrôle de Moscou ou en Russie.

Combats acharnés

Un haut responsable de l'administration d'occupation mise en place par Moscou dans les zones contrôlée par l'armée russe, Vitali Gantchev, a affirmé vendredi sur la chaîne de télévision russe Rossiya 24 que des "combats acharnés" étaient en cours autour de la ville de Balakliïa, que Kiev a dit jeudi avoir reconquise.

"Nous ne contrôlons plus Balakliïa. Des tentatives pour déloger les forces ukrainiennes sont en cours, mais les combats là-bas sont acharnés et nos troupes sont retenues aux abords" de la ville, a-t-il affirmé.

Selon lui, des combats difficiles ont aussi lieu près de la localité de Chevtchenkové, toujours dans la région de Kharkiv. "Là aussi, les forces armées ukrainiennes essayent de briser les défenses. Des réserves depuis la Russie ont été envoyées là-bas, nos troupes ripostent", a affirmé Vitali Gantchev.

La route de Kharkiv en direction du sud-est, vers Balakliïa, était ouverte à la circulation vendredi matin, a constaté une équipe de l'AFP, une zone que l'armée ukrainienne semble avoir reconquise lors de combats ces derniers jours.

De nombreuses voitures civiles circulaient, ainsi que des véhicules militaires. Des files d'attente étaient également visibles à plusieurs checkpoints.

Kharkiv, capitale de la région du même nom et deuxième ville d'Ukraine, est située dans le nord-est du pays, juste à la frontière avec la Russie, et résiste depuis le début de l'invasion du 24 février aux efforts russes pour la conquérir.

Outre la percée dans cette région, Kiev a aussi revendiqué jeudi une série de succès dans le Sud et l'Est, affirmant avoir repris des territoires et de nombreuses localités.

S'ils sont consolidés, ces gains ukrainiens des derniers jours, associés à ceux revendiqués dans le Sud et l'Est, sont les plus importants pour l'Ukraine depuis le retrait des troupes russes des environs de Kiev fin mars.

Dans le Donbass, bassin minier de l'Est ukrainien où les combats les plus violents de la guerre se sont déroulés ces derniers mois, Kiev a affirmé jeudi avoir avancé de deux à trois kilomètres près de Kramatorsk et de Sloviansk et repris le village d'Ozerné.

Unité de l'Otan

A 45 km de là, à Bakhmout, huit civils ont été tués jeudi et 17 autres blessés dans des frappes russes, selon les autorités ukrainiennes.

"Vingt maisons, six immeubles, quatre magasins, la Maison de la Culture et le centre administratif de la ville ont été endommagés" dans ces frappes russes, a déclaré vendredi le gouverneur régional, Pavlo Kyrylenko, ajoutant que le marché avait été "sous le feu" de l'artillerie russe.

Bakhmout, qui comptait 70.000 habitants avant le début du conflit fin février, n'a plus d'eau ni d'électricité pour le quatrième jour consécutif, selon M. Kyrylenko.

En déplacement à Prague, Lloyd Austin, le secrétaire américain à la Défense, a salué les récents succès de l'Ukraine, notant que les armements occidentaux, comme les HIMARS américains, ont pu être employés pour "changer la dynamique sur le champ de bataille". "Nous voyons des succès à Kherson (sud) maintenant, des succès à Kharkiv, et donc tout ça est très, très encourageant", a-t-il dit.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken était pour sa part à Bruxelles pour une réunion avec l'Otan, où il compte insister sur "l'unité" des membres de l'organisation pour "s'assurer que notre Alliance soit aussi forte que possible pour dissuader la Russie de toute nouvelle agression".