"On voyait les Russes arriver dans des voitures spéciales et prendre les corps": à Izioum, une forêt et un cimetière de l'horreur

Une vingtaine de localités ont été reprises par l’armée ukrainienne près de Kharkiv. Des signes de crimes de guerre. Reportage.

Fabrice Deprez, Envoyé spécial à Izioum
"On voyait les Russes arriver dans des voitures spéciales et prendre les corps": à Izioum, une forêt et un cimetière de l'horreur
©AP
La pluie s’est mise à tomber avant que Nikolaï Kovalenko ne finisse de charger son téléphone. Cet ingénieur électrique à la retraite cherche à appeler son fils depuis une ville...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité