Alexander Douguine, théoricien de l'eurasisme, ne voit que trois scénarios possibles pour l'issue de la guerre en Ukraine

Alexandre Douguine avait perdu sa fille après un attentat le mois dernier.

Rédaction
Alexander Douguine, théoricien de l'eurasisme, ne voit que trois scénarios possibles pour l'issue de la guerre en Ukraine
©AFP

Il y a un mois, Daria Douguina, 29 ans, était tuée par un attentat mystérieux. Rapidement, la Russie a imputé la faute à l'Ukraine qui nie toute implication. La jeune femme de 29 ans n'est pas une inconnue au Kremlin. Elle est la fille du théoricien Alexandre Douguine. Idéologue en chef du néo-eurasisme et chantre de thèses fascistes et ultranationalistes russes, il s'est bâti une réputation en Russie et à l'étranger en surjouant sa proximité avec Vladimir Poutine.

Ce mercredi, le président russe a fait une annonce très forte par rapport à la guerre en Ukraine. Il a notamment décrété une mobilisation "partielle" de 300.000 réservistes, soit beaucoup plus que les 190.000 soldats déployés pour l'invasion de l'Ukraine en février, après une série de revers militaires dans le Donbass et la région de Kharkiv, dans l'est du pays. Il a également pointé du doigt l'Europe qui essaye de "détruire la Russie" et se dit prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident.

Sur Twitter, Alexandre Douguine a réagi à propos de ces déclarations fortes. "Une décision très importante a été prise", a-t-il commencé. "Tous nos sacrifices insupportables et honteux ne sont pas vains. L'État et le peuple sont du même côté des barricades. De l'autre, il y a un ennemi absolu (NDLR l'Occident). L'importance est de ne pas perdre son âme. Même dans une bataille féroce et brutale face à un adversaire cruel."

Pour lui, il ne reste que trois scénarios possibles. "Le premier est un scénario catastrophe. Tous les territoires russes qui ont été conquis seraient rendus à l'Ukraine. Ce qui signifie la fin du régime. Mais également la fin de tout et de tous. Il s'agit de la fin de la Russie. En réalité, ce scénario est décrit en détail dans la propagande officielle des Ukrainiens. C'est le rêve des dirigeants officiels de Kiev, russophobes et mondialistes."

La deuxième possibilité serait une catastrophe mondiale: l'apocalypse nucléaire. "Moscou commence à perdre sérieusement la guerre. Il est possible que le pays décide d'utiliser des armes nucléaires. Cette probabilité existe. Quelqu'un en Russie envisage-t-il cette possibilité ? Sans aucun doute. Et je pense que l'Occident sous-estime trop cette possibilité. Les Européens pensent que c'est du bluff."

Enfin, le dernier scénario concerne celui d'une victoire russe. Sans surprise, il s'agit du scénario préférentiel pour Alexandre Douguine. "Ce serait une victoire patriotique et l'émergence d'une guerre sainte. Elle mènerait à la fin de la civilisation occidentale. Cette idée est la plus importante des trois."

Une chose est certaine pour le théoricien, il soutient totalement la décision de son président par rapport à la mobilisation de 300 000 réservistes. "L'Ukraine se dévalorise chaque jour et se dirige tout droit vers une véritable guerre mondiale."