Invasion de l'Ukraine: Orban veut une levée des sanctions de l'UE contre la Russie d'ici fin 2022

Viktor Orban s'est toujours montré critique envers ces sanctions.

Invasion de l'Ukraine: Orban veut une levée des sanctions de l'UE contre la Russie d'ici fin 2022
©AP

Le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban, qui blâme régulièrement les sanctions de l'Union européenne (UE) contre la Russie, veut obtenir leur levée d'ici décembre, a rapporté jeudi un journal pro-gouvernement. Lors d'une réunion interne du parti au pouvoir Fidesz, le dirigeant a appelé ses troupes "à faire tout leur possible pour s'assurer que l'Europe lève les sanctions au plus tard avant la fin de l'année", écrit Magyar Nemzet, au moment même où Bruxelles en envisage de nouvelles.

Contacté par l'AFP, le gouvernement a "confirmé" les informations de l'article.

M. Orban, soucieux de maintenir des liens de proximité avec le Kremlin, ne cesse de fustiger la stratégie de l'UE.

Il dénonce la flambée des prix provoquée par les sanctions, alors que la Hongrie est touchée par une inflation galopante et craint pour l'approvisionnement énergétique cet hiver sur fond de forte dépendance aux hydrocarbures russes.

Si le Premier ministre hongrois a voté les sanctions passées aux côtés de ses partenaires européens, il a obtenu une exemption pour le pétrole acheminé par oléoduc et a négocié un accord avec le géant russe Gazprom pour recevoir des livraisons supplémentaires.

Ces nouvelles critiques de Budapest interviennent alors que les ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont réunis mercredi, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, pour examiner des sanctions supplémentaires devant "la dernière escalade" de Moscou.

La Russie a annoncé mercredi la mobilisation de centaines de milliers de réservistes et brandi la menace d'un recours à l'arme nucléaire.

Présent à New York, le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto a estimé qu'un renforcement des sanctions "ne ferait qu'aggraver les difficultés".

"L'Europe souffre davantage que la Russie des restrictions imposées en réaction à la guerre en Ukraine", avait-il dit plus tôt cette semaine, appelant à "renoncer à un huitième paquet de mesures".