"Il n'y a eu ni entraînement au tir, ni théorie": un mobilisé russe témoigne de l'absence de préparation

La mobilisation partielle de la Russie continue de faire parler.

J.R.
"Il n'y a eu ni entraînement au tir, ni théorie": un mobilisé russe témoigne de l'absence de préparation
©Shutterstock

Un Russe mobilisé a publié mardi son témoignage sur les réseaux sociaux afin de témoigner du manque de préparation face à la guerre en Ukraine.

Dans son témoignage, il explique qu'il n'y a aucune formation pour les nouvelles recrues avant d'être envoyées au front.

Son récit a été vérifié et authentifié par Mark Krutov, journaliste de Radio Free Europe et Radio Liberty, et corrobore les informations de mutliples observateurs internationaux quant aux difficultés d'entraîner la réserve de l'armée russe.

Absence d'entraînement

Le Russe raconte sa situation dans sa vidéo: "Salut à tous, voici le 1er régiment blindé. On vient d'être officiellement informé qu'on ne recevrait aucune formation avant d'être envoyé sur le front. Nos officiers supérieurs nous l'ont confirmé. Le 29 septembre, on sera envoyés à Kherson. Il n'y a eu ni entraînement au tir, ni théorie, rien", déclare le soldat russe.

De multiples récits concernant le manque d'entraînement avaient émergé depuis le début de la mobilisation partielle annoncée mercredi 21 septembre par Vladimir Poutine. "Il y avait un soldat dans notre compagnie qui ne savait pas comment fonctionne une mitrailleuse. Alors j'ai appris à ce gars comment démonter et assembler une mitrailleuse. Je ne voudrais pas être à côté de lui au combat. Comment pouvez-vous vous battre comme ça ?", a déclaré Ivan, soldat russe de 31 ans au Moscow Times.

Sergei Krivenko, directeur du groupe de défense des droits de l'homme Citizen, dévoile aussi comment les normes de formation ne sont pas respectées: "J'ai été régulièrement contacté par des parents dont les enfants ont signé un contrat [militaire] et se sont retrouvés en Ukraine juste une semaine plus tard", explique-t-il.

"J'ai été choqué. Certains n'ont jamais tenu une mitrailleuse dans leurs mains, n'ont jamais vu de vrais chars en personne, et ils partent pour la ligne de front dans quelques jours", raconte encore un soldat anonyme à la BBC.

Une preuve accablante contre la parole de Poutine

Le récit du soldat russe a d'ores et déjà beaucoup fait parler en Russie et témoigne ouvertement d'un manque dangereux d'entraînement pour les réservistes russes.

Selon la loi russe, les conscrits doivent avoir suivi au moins quatre mois de formation avant de pouvoir être envoyés au combat. Pavel Luzin, analyste militaire, a expliqué au Moscow Times qu'il estimait que cette logique devrait aussi s'appliquer aux Russes qui signent un contrat avec l'armée pour se battre en Ukraine. "Une semaine [de formation] n'est rien - pour un soldat, c'est un chemin direct vers un hôpital ou un sac mortuaire", déclare-t-il.