Guerre en Ukraine: les annexions n'ont "pas de place dans le monde moderne"

L'annexion de régions ukrainiennes par la Russie, qui devrait être finalisée vendredi, n'a "pas de place dans le monde moderne", a déclaré jeudi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres devant la presse.

"Toute décision de procéder à l'annexion des régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia n'aurait aucune valeur légale et mérite d'être condamnée", a-t-il dit.

"Cela s'oppose à tout ce que la communauté internationale est supposée représenter. Cela bafoue les buts et les principes des Nations unies. C'est une dangereuse escalade. Cela n'a pas de place dans le monde moderne. Cela ne doit pas être accepté", a martelé le secrétaire général.

"Toute décision russe de poursuivre en ce sens mettra encore un peu plus en danger les perspectives de paix. Cela prolongera les impacts dramatiques sur l'économie mondiale, en particulier sur les pays en développement, et entravera nos capacités à livrer de l'aide d'urgence à l'Ukraine et au delà", a-t-il ajouté.

"Il est grand temps de s'éloigner du gouffre".

Les Etats-Unis et l'Albanie préparent une résolution condamnant les "référendums" en Ukraine que l'Occident a dénoncé comme une "parodie". Le texte sera d'abord présenté au Conseil de sécurité de l'ONU, où il sera sans aucun doute bloqué par un veto russe, avant d'être présenté ultérieurement à l'Assemblée générale où aucun des 193 Etats membres n'a de veto.

Le président russe Vladimir Poutine va formaliser vendredi à Moscou l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, largement dénoncée par Kiev et ses alliés occidentaux, mais qu'il a menacé de défendre même avec l'arme nucléaire.

Des "saisies de terres" dénonce Blinken

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a condamné jeudi les référendums d'annexion dans les régions en Ukraine sous contrôle de la Russie, qui ne sont "ni plus ni moins que des saisies de terres".

"Cette parodie de référendums organisés par le Kremlin ne sont qu'une tentative futile pour masquer ce qui revient ni plus ni moins à une autre tentative visant à se saisir de terres en Ukraine", a affirmé M. Blinken dans un communiqué. "Pour être clairs, les résultats ont été orchestrés par la Russie et ne reflètent pas la volonté du peuple ukrainien".