Le récit glaçant d'un ex-prisonnier ukrainien: "Nous avons reçu des décharges électriques et ils ont enfoncé des aiguilles sous nos ongles"

Mikhailo Dianov a combattu au sein de l'usine d'Azovstal avant d'être capturé puis relâché. Aujourd'hui, il raconte.

Le récit glaçant d'un ex-prisonnier ukrainien: "Nous avons reçu des décharges électriques et ils ont enfoncé des aiguilles sous nos ongles"
©AFP

Ses photos ont choqué le monde entier lors de leur diffusion. Mikhailo Dianov fait partie de ces combattants ukrainiens de l'usine d'Azovstal qui ont été capturés par les Russes puis finalement relâchés, voici quelques semaines au cours d'un échange de prisonniers. Sur les images, on peut voir la transformation physique du soldat, dont la captivité a été très éprouvante.

Aujourd'hui, Mikhailo Dianov s'est confié au média britannique Sky News. "Nous pensions tous les jours à la mort", commence d'emblée celui qui fait partie des "héros d'Azovstal", cette usine métallurgique de Marioupol devenue le haut lieu de la résistance ukrainienne et qui est tombée aux mains des Russes à la mi-mai.

L'homme amaigri - il a perdu 40 kilos! - revient surtout sur les semaines qui ont suivi et ces quatre mois de captivité dans la prison d'Olenivka à Donetsk, sous contrôle russe. "Le pain que nous avons eu était délibérément très dur. Les garçons dont les dents avaient été cassées ne pouvaient pas manger leur nourriture à temps. Au bout de 30 secondes, il fallait s'arrêter. Ensuite, vous deviez immédiatement vous lever et courir. C'est comme ça que ça se passait tout le temps", explique le soldat à Sky News et dont nos confrères du Het Laatste Nieuws reprennent les propos. "Ils nous ont traités comme des animaux", ajoute-t-il.

Mikhailo Dianov affirme que les Russes n'hésitaient pas à recourir à la torture dans cette prison qu'il assimile à un camp de concentration. "Nous avons été battus avec des bâtons, nous avons reçu des décharges électriques et les gardes nous ont enfoncé des aiguilles sous les ongles", explique-t-il.

Une libération traumatisante

Au bout de quatre mois, vers la mi-septembre, Mikhailo Dianov a finalement pu faire partie des 205 prisonniers échangés. Il raconte ce moment également traumatisant. "Nous étions complètement dépouillés. Les Russes nous ont fouillés. Et puis nous avons dû nous accroupir pendant cinq heures. Nous avons juste attendu. Nous ne savions pas ce qui allait nous arriver", raconte l'Ukrainien. "Ils ont mis du ruban adhésif autour de ma tête et ont enfoncé leurs jambes dans mon ventre pour pouvoir resserrer le ruban, et c'est comme ça que j'ai passé une journée, une journée et demie."

Finalement, après 36 heures de voyage les yeux couverts, en bus et en avion, Mikhailo Dianov était de retour en Ukraine. "Tout le monde est traumatisé" confie encore le combattant. "Je me considère comme une personne mentalement forte, mais pour moi, beaucoup de choses ont perdu leur valeur."

A présent, Mikhailo Dianov tente de reprendre du poids avant de partir pour les Etats-Unis, où il devra se faire opérer du bras.