Recherchée par le Kremlin, la journaliste russe contestataire Marina Ovsiannikova donne de ses nouvelles

Elle est en réalité en fuite.

Recherchée par le Kremlin, la journaliste russe contestataire Marina Ovsiannikova donne de ses nouvelles
©TWITTER

Ce lundi, l'AFP annonçait que Marina Ovsiannikova avait été placée sur la liste des personnes recherchées en Russie. Cette journaliste, critique du conflit en Ukraine, est connue pour avoir brandi voici quelques mois une pancarte pacifiste à la télévision.

Suite à cet acte commis en mars dernier, Marina Ovsiannikova avait été inculpée en août pour "diffusion de fausses informations" sur l'armée russe, des faits passibles de 10 ans de prison. La femme de 44 ans avait à l'époque été assignée à résidence, avec l'interdiction d'utiliser tout moyen de communication. Une assignation à résidence qui devait tenir jusqu'au 9 octobre prochain avant une éventuelle prolongation jusqu'à son procès.

Sauf que lundi, la Russie a affirmé avoir perdu la trace de la journaliste. Contacté par l'AFP, son avocat a confirmé qu'elle était recherchée car "elle ne se trouve pas à l'endroit où elle devait être jusqu'au 9 octobre". Il n'a toutefois pas donné plus d'informations sur sa localisation actuelle, en Russie ou à l'étranger.

Mais ce mercredi, l'agence Reuters apporte de nouvelles informations et relaie un message de Marina Ovsiannikova, partagé via Telegram. Elle s'est en réalité échappée avec sa fille de 11 ans. "Je me considère totalement innocente et, puisque, notre État refuse de se conformer à ses propres lois, je refuse de me conformer à la mesure de contrainte qui m'est imposée à compter du 30 septembre 2022 et de m'en libérer", confie la journaliste, sans donner plus de détails sur le lieu où elle se trouve à présent.