Un élu russe l'affirme: "Les élites veulent se débarrasser de Poutine, mais elles ne savent pas comment faire"

Dmitry Palyuga, élu local à Saint-Pétersbourg, a estimé que Vladimir Poutine ne faisait plus l'unanimité, loin de là, au sein des élites russes. Il a toutefois estimé qu'il faudrait du temps pour assister à un véritable changement.

M.R.

Le vent serait-il en train de tourner en Russie ? Alors que le pays connaît des déboires dans son "opération militaire spéciale" en Ukraine, l'incompréhension grandirait à Moscou à l'égard des choix de Vladimir Poutine, selon Dmitry Palyuga, élu local à Saint-Pétersbourg. "Le conflit interne en Russie s'aggrave", a-t-il affirmé auprès de nos confrères de BFMTV.

Mais pour le politicien, les choses ne vont pas changer du jour au lendemain pour autant. "En Russie, toute protestation et tout désaccord avec la ligne officielle sont réprimés de façon très sévère", a rappelé M. Palyuga, qui a lui-même été condamné à une lourde amende après avoir appelé à la destitution du président russe en septembre. "Pour que les gens puissent changer quoi que ce soit, il faut beaucoup de temps et il faut que les élites décident de se débarrasser de Poutine."

Mais pour le président du conseil municipal de Smolninskoye (quartier de Saint-Pétersbourg), il n'y a aucun doute à avoir sur les intentions des élites russes. "Elles veulent déjà se débarrasser de Poutine, mais elles ne savent pas comment faire", a-t-il précisé auprès de nos confrères de BFMTV.

Depuis ce lundi 10 octobre, la Russie a lancé une campagne "massive" de bombardements en Ukraine, en réponse à l'explosion du pont de Crimée. "Si les tentatives d'attentats terroristes sur notre territoire se poursuivent, les réponses de la Russie seront sévères et leur ampleur correspondra au niveau des menaces posées", a déclaré M. Poutine. Ce jeudi 13 octobre, Kiev a une nouvelle fois été touchée. Le gouverneur de la capitale a notamment estimé que des "infrastructures critiques" avaient été touchées.

>> À lire également : "C'est un camouflet pour Poutine, c'est certain"