Guerre en Ukraine: l'Iran se dit prêt à agir pour mettre fin à la guerre en Ukraine

L'Iran est prêt à agir pour mettre fin à la guerre en Ukraine, a affirmé mercredi le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale Ali Shamkhani en recevant à Téhéran son homologue russe Nikolaï Patrouchev.

A woman rides a bicycle past destroyed buildings in the recently recaptured village of Yampil, Ukraine, Wednesday, Nov. 9, 2022. Villages and towns in Ukraine saw more heavy fighting and shelling Wednesday as Ukrainian and Russian forces strained to advance on different fronts after more than 8 1/2 months of war. At least nine civilians were killed and 24 others were wounded in 24 hours, the Ukrainian president's office said. (AP Photo/Andriy Andriyenko)

"L'Iran soutient toute initiative conduisant à un cessez-le-feu et à une paix entre la Russie et l'Ukraine basée sur le dialogue, et il est prêt à jouer un rôle pour mettre fin à la guerre", a dit le responsable iranien, cité par l'agence de presse officielle Irna.

Sa déclaration intervient alors que Kiev et ses alliés occidentaux accusent la Russie d'utiliser des drones de fabrication iranienne dans la guerre en Ukraine.

L'Iran a dit la semaine dernière avoir fourni des drones à Moscou avant l'invasion russe de l'Ukraine fin février, disant être prêt à examiner toute preuve d'un recours aux drones iraniens dans le conflit.

Selon le service de presse du Conseil de sécurité russe, MM. Patrouchev et Shamkhani "ont examiné en détail la coopération bilatérale dans le domaine du maintien de l'ordre, y compris la sécurité publique et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme".

"En outre, ils ont discuté des mesures visant à contrer l'ingérence des services spéciaux occidentaux dans les affaires intérieures des deux pays", a ajouté le communiqué russe.

La visite du responsable russe survient alors que l'Iran est le théâtre de manifestations de protestation depuis la mort le 16 septembre de la jeune Mahsa Amini. Le pays a en outre été frappé par un attentat meurtrier dans un sanctuaire chiite à Chiraz revendiqué par le groupe djihadiste État islamique le 26 octobre.

D'autre part, "un échange de points de vue a également eu lieu sur toute une série de problèmes internationaux, notamment la situation en Ukraine et au Proche-Orient", lors de la rencontre à Téhéran mercredi, selon le service de presse russe.

Parallèlement, un conseiller de la présidence ukrainienne Mykhaïlo Podoliak a affirmé sur Twitter: "Le Kremlin est épuisé. Les ressources de la Russie sont proches de la limite (...) M. Patrouchev cherche à Téhéran un moyen de poursuivre la guerre, d'obtenir des missiles/drones, de remédier à son manque de missiles. C'est maintenant le moment idéal pour doubler l'aide à l'Ukraine."

Lors de la rencontre à Téhéran mercredi, "il a été souligné l'importance de renforcer un échange d'expériences sur le développement du potentiel économique de la Russie et de l'Iran et sur l'élaboration de relations commerciales extérieures dans le contexte des pressions exercées par les sanctions", selon le communiqué russe.

En septembre, Kiev a décidé de réduire considérablement ses relations diplomatiques avec Téhéran en raison de livraisons d'armes présumées à Moscou.