Guerre en Ukraine : comment le sauvetage d’un raton laveur est en train de devenir un symbole de la lutte contre l’envahisseur russe

Face à la contre-offensive ukrainienne, les occupants russes de la ville de Kherson n’ont eu d’autre choix que de fuir les lieux dans la précipitation. Sans négliger au passage de s’emparer évidemment de quelques butins de guerre dans la foulée. Œuvres d’art, électroménager, véhicules, … tout y est passé. Mais parmi ce pillage généralisé, un vol fait plus parler que les autres… Celui d’un raton laveur.

 La population de ratons laveurs en Wallonie est estimée entre 50000 et 75000 individus.
©Marlene Greene – stock.adobe.com

Ce dernier, qui peut sembler anecdotique en parallèle des autres dégâts matériels et humains de la région, a fait l’objet d’une large couverture médiatique en Russie. Du côté de Moscou, l’évènement est vu comme une petite victoire sur l’ennemi. La blogueuse nationaliste Anna Dolgarev évoque ainsi la capture du mammifère comme de la "seule bonne nouvelle" du retrait de Kherson et que "la Russie ne rendra pas le raton laveur".

En réponse du côté ukrainien, l’animal a rapidement été érigé en véritable symbole de la lutte contre l’envahisseur russe.

Sur Twitter, le ministère ukrainien de la Défense a diffusé des images du vol. On peut ainsi observer un homme en treillis attraper violemment le raton laveur par la queue avant de le jeter négligemment dans une cage. La publication est accompagnée de la légende suivante : "Les occupants ont tout volé à Kherson : des peintures de galeries d’art, des antiquités des musées, des manuscrits historiques de bibliothèques. Mais leur butin le plus précieux a été un raton laveur qu’ils ont volé d’un zoo", peut-on lire. "Volez un raton laveur et vous mourrez", ironise également le compte officiel.

Les internautes se sont également rapidement emparés de l’affaire et de nombreux messages apparaissent sur la Toile dans lesquels le raton laveur de Kherson est dressé en authentique cause nationale. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à comparer la situation au célèbre film "Il faut sauver le soldat Ryan". Des autocollants, pins et autres memes fleurissent un peu partout pour l’occasion, en soutien à l’animal retenu en Russie.

Selon le Washington Post, le ravisseur sur les images serait Oleg Zubkov, propriétaire du parc safari Taigan Lion Park, en Crimée. C’est lui-même qui aurait initialement posté la vidéo sur sa chaîne YouTube avant de la supprimer. Il s’est exprimé auprès des médias russes quant à la raison de son acte : "Nous avons pris ces animaux pour les garder en vie et pour que les habitants de Kherson soient heureux de les revoir en vie. Les animaux sont entre de bonnes mains", a-t-il justifié. Oleg Zubkov a par ailleurs affirmé que les animaux seraient renvoyés à Kherson une fois que les forces russes auraient repris possession de la ville.