Après la libération, un autre combat attend ces habitants de l'est de l'Ukraine

Les habitants restés dans les villages et villes repris par l’armée ukrainienne au mois de septembre et d’octobre se préparent à un hiver froid dans des localités souvent dévastées par les combats. Peu, pourtant, envisagent de partir.

Fabrice Deprez
UKRAINE, IZYUM, 2022/09/29.  Anastasiya and her two years old son are standing in the shelter of their building where they have been living during the whole Russian occupation. On the 8th of September, Ukrainian army liberated Balakliia and Izyum during a surprise counteroffensive in Kharkiv Oblast. Since April, thousands of civilians lived in bomb shelters without water, heating or electricity and 445 civilians and 17 soldiers  bodies have been found in mass graves.  Photography by Virginie Nguyen Hoang / HUMA/HANSLUCAS
UKRAINE, IZYUM, 2022/09/29. Anastasiya et son fils de deux ans se sont dans l'abri de leur immeuble où ils ont vécu pendant toute l'occupation russe. Le 8 septembre, l'armée ukrainienne a libéré Balakliia et Izyum lors d'une contre-offensive surprise dans l'oblast de Kharkiv. Depuis avril, des milliers de civils vivaient dans des abris anti-bombes sans eau, chauffage ou électricité et les corps de 445 civils et 17 soldats ont été retrouvés dans des fosses communes. Photo: Virginie Nguyen Hoang / HUMA/HANSLUCAS
Une habitante d'Izioum et son fils dans une cave. ©VIRGINIE NGUYEN HOANG
Le tas de bûchettes grandit progressivement au fur et à mesure des coups de hache d’Oleh, un timide jeune homme de 19 ans se préparant avec sa grand-mère à passer l’hiver à Izioum, ville de la région de Kharkiv reprise en septembre par l’armée ukrainienne. Comme presque tous les immeubles du centre-ville, celui...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité