Frappes sur Kiev : trois centrales nucléaires reconnectées au réseau électrique, la Russie renvoie la faute sur l'Ukraine

La capitale ukrainienne a été la cible de bombardements russes massifs ce mercredi.

Kiev dag na zware beschietingen nog grotendeels zonder stroom

Les trois centrales nucléaires ukrainiennes sous contrôle de Kiev ont pu être reconnectées au réseau électrique, après en avoir été coupées la veille à la suite de frappes massives russes, a annoncé jeudi le ministère de l'Energie.

"Après les bombardements massifs d'hier, les travailleurs du secteur énergétique ont pu (...) reconnecter trois centrales nucléaires au réseau électrique dans la matinée", a indiqué le ministère sur Telegram précisant que ces installations devraient commencer à livrer de l'électricité d'ici "ce soir".

Il s'agit des centrales de Khmelnytsky et Rivné (Ouest) et de celle de Pivdennooukraïnsk (Sud), qui ont été déconnectées par le système de protection automatique à la suite des frappes russes ayant touché nombre d'installations électriques ukrainiennes.

"S'il n'y a pas de nouvelles frappes, nous allons pouvoir réduire considérablement le manque (d'électricité) dans le système énergétique d'ici la fin de la journée", a estimé le ministre Guerman Galouchtchenko cité dans le communiqué de son ministère.

Dans l'ensemble du pays, "la situation est généralement difficile" mais dans certaines régions, "l'approvisionnement en électricité a déjà augmenté", a assuré M. Galouchtchenko selon lequel les "infrastructures critiques à travers le pays" ont pu être reconnectées au réseau électrique.

Le maire de Kiev, Vitaly Klitschko, a de son côté annoncé sur Telegram qu'une proportion de "70% de la capitale restait sans électricité dans la matinée".

L'alimentation en eau, arrêtée la veille dans la quasi-totalité de la ville après les coupures de courant, a été rétablie dans les quartiers situées sur la rive gauche du fleuve Dniepr, a précisé le maire. Il a espéré que le reste de Kiev serait alimenté en eau plus tard dans la journée.

La Russie a tiré mercredi plus de 70 missiles de croisière sur l'Ukraine, aggravant la crise énergétique après des semaines de bombardements qui ont ciblé particulièrement les infrastructures énergétiques.

Selon le ministère de l'Energie, ces frappes ont laissé sans électricité "la grande majorité des consommateurs" du pays qui comptait environ 40 millions d'habitants avant le début de l'invasion russe lancée le 24 février.

La Russie impute les dégâts à Kiev à "la défense antiaérienne" ukrainienne

L'armée russe a nié jeudi avoir mené la veille des frappes sur Kiev, affirmant que les dégâts dans la capitale ukrainienne avaient été causés par des missiles antiaériens "ukrainiens et étrangers". "Aucune frappe n'a été menée sur Kiev. Tous les dégâts dans la ville rapportés par le régime de Kiev sont les conséquences de la retombée de missiles étrangers et ukrainiens de défense antiaérienne, installés dans des zones résidentielles de la capitale ukrainienne", a indiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.