"L'Ukraine sait bien évaluer la Belgique à sa juste valeur", selon Alexandre De Croo

Lors de sa visite en Ukraine, Alexandre De Croo a montré que les relations entre la Belgique et l'Ukraine se portent bien.

Prime Minister Alexander De Croo and Ukrainian president Volodymyr Zelensky hug at the launch of the 'Grain from Ukraine' humanitarian programme, during a visit to Kyiv, Ukraine, on Saturday 26 November 2022. Prime Minister De Croo and Minister of Foreign Affairs Lahbib arrived in the Ukrainian capital Kyiv on Saturday for an unannounced visit. Nine months ago, Russia invaded the neighboring country. Belgium will provide additional support to Ukraine. De Croo and Lahbib use the visit to announce additional Belgian support of around 37.4 million euros.
BELGA PHOTO POOL PHILIP REYNAERS
Le Premier ministre Alexander De Croo et le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'embrassent lors du lancement du programme humanitaire "Grain from Ukraine", lors d'une visite à Kiev, en Ukraine

Les autorités ukrainiennes savent qu'elles peuvent compter sur la Belgique pour leur apporter un soutien dans certaines spécialités, comme le déminage, a affirmé dimanche le Premier ministre belge Alexander De Croo à l'issue de sa visite surprise de deux jours en Ukraine en compagnie de sa ministre des Affaires étrangères, Hadja Lahbib.

"Elles (les autorités ukrainiennes) savent très bien évaluer la Belgique à sa juste valeur", a-t-il déclaré lors d'un entretien accordé à l'agence Belga.

M. De Croo a souligné que la Belgique avait été l'un des premiers pays à soutenir militairement l'Ukraine. "'Ils (les dirigeants ukrainiens) le savent. Et ils savent qu'ils peuvent compter sur nous pour certaines choses très spécifiques. Par exemple, nous sommes bons pour former des militaires dans certaines spécialités, comme le déminage", a-t-il dit.

Selon le Premier ministre, la Belgique est également venue en aide à l'Ukraine par le biais du mécanisme interdépartemental via B-FAST, avec la promesse de fournir notamment des groupes électrogènes de secours - bien nécessaires alors que l'hiver s'installe en Ukraine et après les attaques répétées de la Russie contre l'infrastructure énergétique du pays. Elle s'est aussi engagée dans la reconstruction des écoles et des hôpitaux et a proposé d'envoyer des laboratoires CBRN (pour répondre aux menaces chimiques, bactériologiques, radioactives et nucléaires) mobiles.

"C'est très apprécié", a souligné le chef du gouvernement fédéral.

Il a ajouté que la Belgique continuait à apporter un soutien militaire à l'Ukraine, même si le gouvernement ne communique que peu sur ce sujet. C'est un choix délibéré, a confirmé le Premier ministre.

"Les systèmes d'armes majeurs, spectaculaires, la Belgique n'en a pas. Mais dans les domaines où nous sommes forts, nous faisons notre part", a déclaré M. De Croo, en citant des livraisons de fusils automatiques et d'armes anti-chars.

Le Premier ministre a également souligné que la Belgique avait été le premier pays à soutenir le programme "Grain from Ukraine" lancé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour financer le transport de céréales depuis les ports ukrainiens vers des pays du sud pour y éviter la famine. "Pour nous, c'est intéressant de deux points de vue. D'une part, vous aidez l'agriculture ukrainienne, l'économie ukrainienne. D'autre part, vous aidez à éviter une crise alimentaire pendant la guerre", a-t-il expliqué.

La Belgique va consacrer dix millions d'euros à cette initiative.

La ministre des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, a expliqué que cette somme financerait le transport de céréales vers la Somalie et le Soudan. "Symboliquement, c'est très fort. Nous essayons d'éviter la famine en contribuant au transport des céréales vers les pays qui en manquent", a-t-elle dit.

M. De Croo a également fait l'éloge des Ukrainiens. "Ils traversent une période très difficile, ils sont sous pression, mais en même temps ils sont très généreux. C'est un pays qui est ouvert sur le monde entier et qui raisonne de manière très contemporaine. En revanche, la Russie raisonne comme il y a cent ans et continue à se comporter de manière très impérialiste", a-t-il fait valoir.

Pendant leur séjour à Kiev, le Premier ministre et la cheffe de la diplomatie belge ont eu plusieurs rencontres politiques.

Mme Lahbib s'est entretenue avec son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba. "On se parle régulièrement. Bientôt on se reverra aussi pour l'Otan (lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères la semaine prochaine en Roumanie, ndlr)", a-t-elle affirmé.

Les discussions ont porté sur le processus d'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne, la responsabilité et la question des poursuites liées à l'agression de la Russie. La Belgique a ainsi assigné deux experts, des juristes, à la Cour pénale internationale (CPI).

"Cela fait aussi partie de la reconstruction. Si nous voulons construire une société ukrainienne saine et sans rancune, justice doit être rendue. C'est pourquoi des preuves doivent être recueillies", a dit Mme Lahbib.

Dans le nouveau paquet d'aide à l'Ukraine de quelque 37,4 millions d'euros annoncé samedi par M. De Croo après son arrivée à Kiev figure un montant de 150.000 euros pour la préservation et la conservation des œuvres d'art au profit du ministère ukrainien de la Culture.

"Nous soutenons la protection des œuvres d'art. Nous avons alloué un budget pour protéger leur patrimoine et d'une certaine manière aussi leur identité, car cela est en danger. L'Ukraine est reconnaissante que la Belgique ait pensé à cette aide", a expliqué Mme Lahbib.

Au total, la Belgique a déjà débloqué 221,7 millions d'euros d'aide à l'Ukraine depuis le début de la guerre, le 24 février dernier. Il s'agit de 145 millions d'euros d'aide militaire et de 76,7 millions d'euros d'aide civile. La Belgique accueille également plus de 61.000 réfugiés de guerre ukrainiens.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...