Guerre en Ukraine: Poutine veut utiliser l'hiver comme "une arme de guerre", avertit l'Otan

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, met en garde.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a affirmé mardi craindre de nouvelles attaques russes contre l'Ukraine et des cibles civiles, en dépit du fait que le stock de missiles russes semble au plus bas après neuf mois de guerre.

"Oui, nous pouvons nous attendre à davantage d'attaques", a-t-il affirmé à son arrivée au parlement roumain à Bucarest, qui accueille durant deux jours une réunion des ministres des Affaires étrangères des trente pays de l'Otan, ainsi que leurs homologues suédois et finlandais.

Changement de ton en Russie à l'égard de la guerre en Ukraine ? "Beaucoup de gens pensent cela. Y compris des personnes des plus hautes sphères"

La Russie "attaque maintenant des cibles civiles, des villes, parce qu'elle n'est pas en mesure de gagner du territoire et d'éviter que l'Ukraine ne libère de plus en plus de territoire", a déclaré M. Stoltenberg.

Il a ajouté ignorer combien de nouvelles attaques seraient menées par Moscou, qui vise désormais les infrastructures critiques ukrainiennes, ce qui a provoqué des coupures massives d'eau et d'électricité, notamment dans la capitale Kiev.

M. Stoltenberg a accusé le président russe Vladimir Poutine de vouloir utiliser l'hiver comme "une arme de guerre" contre l'Ukraine avec des "attaques délibérées" contre des infrastructures civiles pour priver le pays de chauffage, d'électricité et d'eau.

Selon lui, M. Poutine et la Russie "ont démontré la volonté d'infliger des souffrances (aux Ukrainiens)" en utilisant "un niveau de brutalité que nous n'avons plus vu en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale".

"Les attaques délibérées contre les services essentiels - le chauffage, la lumière, l'eau, le gaz - ont pour but d'infliger autant de souffrances que possible aux civils ukrainiens pour essayer de briser leur engagement, leur unité dans la lutte contre l'invasion russe", a encore dit le secrétaire général.

Des responsables ukrainiens ont dit lundi s'attendre à une nouvelle vague de bombardements russes cette semaine.

"Il est fort probable que le début de la semaine soit marqué par une telle attaque", a déclaré la porte-parole du commandement Sud de l'armée ukrainienne, Natalia Goumeniouk, soulignant qu'un navire russe porteur de missiles était apparu en mer Noire.

"C'est un porte-missiles de surface qui embarque huit missiles de type Kalibr. Cela indique que des préparatifs sont en cours", a-t-elle ajouté à la télévision ukrainienne.

Selon la marine ukrainienne, onze navires de combat russes dont ce porte-missiles se trouvent actuellement en mer Noire, au large de l'Ukraine, ainsi que plusieurs autres en mer d'Azov et en mer Méditerranée, pour un total de 76 ogives pouvant être tirées.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti dans un discours vidéo dimanche soir que "la semaine qui commence peut être aussi difficile que la semaine passée", marquée par des bombardements russes qui ont provoqué des pannes de courant massives alors que les températures hivernales s'installent.

M. Stoltenberg a répété son souhait de voir les alliés "en faire plus" en faveur de l'Ukraine, notamment en termes de défense aérienne ainsi que d'aider le pays à réparer ses infrastructures énergétiques endommagées.

"Nous devons faire en sorte que la Russie ne gagne pas", a-t-il ajouté, tout en soulignant que la Russie commençait à manquer de munitions et s'était tournée vers l'Iran pour en obtenir.