Europe Sans grande surprise, c'est Boris Johnson qui va succéder à Theresa May au poste de Premier ministre britannique, suite à sa nette victoire face à son concurrent Jeremy Hunt, récoltant le double des voix.

L'ex-maire de Londres était largement favori. Très populaire au Royaume-Uni. Boris Johnson s'est présenté comme le sauveur du Brexit.

Le futur locataire du 10 Downing Street a en tout cas déjà reçu plusieurs félicitations des membres de la communauté internationale, notamment celles de l'Iran. Le ministre des Affaires étrangères iranien a prévenu que son pays "protégera" le Golfe. Pour rappel, un tanker sous pavillon britannique avait été "saisi" par Téhéran le vendredi 19 juillet. Mohammad Javad Zarif avait à ce moment-là voulu rassurer et souhaitait éviter une escalade des tensions : "l'Iran ne veut pas la confrontation" avec Boris Johnson mais des "relations normales (avec le Royaume-Uni), basées sur le respect mutuel" avait-il déclaré suite à l'incident.

© AFP

La Commission européenne veut travailler "de la meilleure façon possible"

La Commission européenne a elle aussi félicité Boris Johnson, et se prépare à travailler "de la meilleure façon possible" avec lui.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker "me demande de transmettre (ses) félicitations à M. Boris Johnson", a déclaré Natasha Bertaud, porte-parole de l'exécutif européen, lors d'un point presse.

"Le président veut travailler avec le Premier ministre de la meilleure façon possible. Au-delà de ça, je vais réserver mes commentaires, comme la nouvelle vient de tomber", a-t-elle poursuivi.

L'une des premières déclarations de Boris Johnson après son élection a été de promettre, comme il l'avait déjà fait pendant sa campagne, que le Brexit aurait bien lieu le 31 octobre, nouvelle date prévue après que le Royaume-Uni a échoué à ratifier l'accord de retrait négocié avec l'UE avant la fin mars.

Charles Michel félicite Boris Johnson

"Des défis importants nous attendent, à l'instar du Brexit", a commenté le chef du gouvernement fédéral sur Twitter. "La Belgique et le Royaume-Uni sont des voisins et des partenaires proches dans les domaines du commerce et de la sécurité", a ajouté M. Michel.

Michel Barnier (négociateur en chef de l'UE pour le Brexit) a réagi sur Twitter

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, n'a lui non plus pas tardé à réagir, sur Twitter.

"Nous avons hâte de travailler de façon constructive avec le Premier ministre Boris Johnson, une fois à son poste, pour faciliter la ratification de l'accord de retrait et permettre un Brexit ordonné", a-t-il écrit.

"Nous sommes prêts à retravailler la déclaration sur le nouveau partenariat, en ligne avec les orientations" définies par les Etats membres, a-t-il ajouté.


L'UE a toujours refusé de renégocier l'accord de retrait, qui contient les conditions du divorce entre le bloc et le Royaume-Uni, en particulier le controversé "filet de sécurité" permettant de garantir qu'il n'y ait pas de frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du nord après le Brexit.

Elle est ouverte en revanche à rediscuter du texte de la "déclaration politique" qui accompagne l'accord de retrait et pose les bases de la future relation entre les deux parties une fois le départ britannique acté.

Donald Trump : "Il sera formidable"

"Il sera formidable", a twitté le président américain, qui estimait encore la semaine dernière que l'ancien maire de Londres ferait un "excellent travail" au 10 Downing Street. Boris Johnson se présentera mercredi devant la reine Elizabeth II, qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement.


Emmanuel Macron s'est déclaré "très désireux de travailler" avec Johnson

"Je félicite chaleureusement Boris Johnson" et "je l'appellerai dès qu'il sera officiellement Premier ministre", probablement mercredi, a déclaré M. Macron devant la presse en compagnie de la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen à l'Elysée.

"Je suis très désireux de pouvoir travailler au plus vite avec lui, non seulement sur les sujets européens qui sont les nôtres et la poursuite des négociations liées au Brexit, mais aussi sur les sujets internationaux qui font notre quotidien et sur lesquels nous sommes étroitement coordonnés avec les Britanniques et les Allemands", a-t-il ajouté, en citant notamment l'Iran.

Avant de féliciter M. Johnson, le chef de l'Etat a rendu hommage à la Première ministre Theresa May, qui devrait quitter ses fonctions mercredi. "Elle avait pris ses fonctions dans un contexte difficile suite au référendum (sur le Brexit, ndlr) et elle a, avec beaucoup de courage et de dignité pendant toutes ces années, travaillé avec nous. Elle n'a jamais bloqué le fonctionnement de l'Union européenne et elle a essayé de servir les intérêts britanniques au mieux", a-t-il estimé.

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a également félicité Johnson et évoque des défis à venir : "Il est très important de bâtir une bonne relation car nous devons apporter quelque chose qui soit bon pour la population en Europe et au Royaume-Uni."

Angela Merkel veut poursuivre "l'amitié étroite" avec Londres

La chancelière allemande Angela Merkel a félicité elle aussi le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson en insistant sur le fait qu'elle voulait poursuivre "l'amitié étroite" avec la Grande-Bretagne en plein divorce avec l'UE.

"Je félicite Boris Johnson et je me réjouis d'une bonne coopération. Nos deux pays doivent continuer à être unis par une amitié étroite", a écrit la dirigeante sur Twitter.