Nicola Zingaretti a expliqué sur Facebook qu'il avait "honte" du Parti démocrate, accusant ses dirigeants de se concentrer sur des querelles internes et des coups bas et non sur des défis nationaux comme la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Le PD est le second plus important parti au sein de la coalition hétéroclite dirigée par M. Draghi qui rassemble quasiment tous les partis représentés au parlement, du Parti démocrate (centre-gauche) à la Ligue d'extrême droite de Matteo Salvini en passant par le parti Forza Italia (droite) de Silvio Berlusconi et aussi le Mouvement 5 Etoiles (M5S), antisystème jusqu'à son arrivée au pouvoir.

M. Draghi a pris en février la tête d'un gouvernement composé de technocrates et responsables politiques, choisissant des personnalités compétentes dans tous les partis lui ayant offert leur soutien.

La longévité d'une coalition aussi disparate, face aux énormes défis auxquels l'Italie est confrontée, dont la crise sanitaire et une récession record, suscite des interrogations.

"Encore faut-il démontrer qu'un pays peut être gouverné quand les deux principaux partis de la majorité sont dans cet état", a écrit dans un éditorial Stefano Feltari, rédacteur en chef du quotidien Domani.

Selon les analystes, M. Zingaretti peut être candidat à un deuxième mandat à la tête du PD, ou présenter sa candidature pour la mairie de Rome, aux élections prévues en juin ou à une date ultérieure en 2021.

M. Zingaretti a été élu à la tête du PD en 2019, en remplacement de l'ancien Premier ministre Matteo Renzi.