Il est devenu la coqueluche du royaume : Jonathan Van-Tam, médecin chef adjoint pour l’Angleterre, a su charmer ses compatriotes par son style direct et ses métaphores sur l’épidémie du nouveau coronavirus, au fil des briefings du gouvernement. Boris Johnson profite à présent de sa popularité pour en faire le fer de lance de la campagne de vaccinations qui va débuter dans le pays cette semaine, et convaincre les sceptiques d’y prendre part, après l’autorisation donnée mercredi dernier au vaccin de BioNTech/Pfizer.

Dans les panels d’experts qui participent régulièrement aux briefings de Downing Street sur la pandémie, "JVT", comme le surnomment en public les ministres, décroche le pompon.

Oublié, le professeur Neil Ferguson, dégagé en mai pour avoir enfreint les règles du confinement pour aller rendre visite à sa maîtresse, dépassés Chris Whitty, médecin-chef pour l’Angleterre, ou Patrick Vallance, conseiller scientifique du gouvernement, et leur sèche sobriété : Jonathan Van-Tam, 56 ans, est maintenant le chouchou des médias et du public.

La BBC Radio Four faisait jeudi matin un "best of" de ses métaphores, qu’il file pendant les briefings de Downing Street pour rendre le nouveau coronavirus moins terrifiant, au prix parfois de commentaires moqueurs sur les réseaux sociaux.

"Le train a maintenant ralenti en toute sécurité, il s’est arrêté à la gare et les portes se sont ouvertes. Nous devons faire monter les gens dans ce train et les faire arriver sains et saufs à destination", dit-il mercredi. Traduction : maintenant que le vaccin est autorisé, tout le monde doit se faire vacciner. Une image osée dans un pays au réseau ferré défaillant. Jonathan Van-Tam n’hésite pas non plus à faire passer des messages pendant ses briefings : celui de mercredi était une ode à la diversité. Rappelant ses origines asiatiques, il a salué les méthodes de lutte contre la pandémie du Japon, avant de souligner que les dirigeants du laboratoire allemand BioNTech ayant mis au point le vaccin, Ugur Sahin et son épouse Özlem Türeci, sont d’origine turque. JVT sait aussi exprimer ses émotions, donnant à son personnage un caractère empathique dont ses pairs sont parfois dénués.