Albin Kurti, le chef du parti anti-establishment Vetevendosje, et son cabinet ont obtenu 67 voix au parlement sur 120 sièges, avec 30 voix contre.

Cette élection marque le troisième changement de gouvernement depuis que la pandémie de Covid-19 a frappé le Kosovo, faisant près de 1.800 morts et aggravant les crises économiques, sociales et sanitaire de la province.

Alors que les vaccinations ont commencé dans toute l'Europe, le Kosovo, l'une des régions les plus pauvres du continent, peine toujours à obtenir des doses pour ses 1,8 million d'habitants.

"D'ici un an, nous prévoyons de fournir des vaccins à 60% de la population, ce qui serait suffisant pour revenir à une situation normale", a déclaré M. Kurti à l'Assemblée lors de la présentation de son cabinet de 15 membres.

Son gouvernement devrait être soumis à de fortes pressions de la part de l'UE et des Etats-Unis pour reprendre les pourparlers avec la Serbie.

Belgrade rejette toujours l'indépendance déclarée par le Kosovo en 2008, source de tensions majeures dans la région.