L'autorité de l'aviation russe "n'a pas autorisé à temps" deux vols prévus mercredi matin, qui ont dû être annulés mardi soir, a expliqué le ministère dans un communiqué transmis à l'AFP.

"En raison de la pratique de réciprocité", l'Allemagne "n'a pas accordé d'autorisations" pour des vols de compagnies russes, entraînant l'annulation de liaisons assurées par Aeroflot et S7.

"Dès que les autorisations pour les vols de Lufthansa seront accordées, les vols des compagnies russes seront également autorisés", a ajouté le ministère.

Interrogée par l'AFP, la compagnie Lufthansa a indiqué dans la soirée que les autorités russes avaient finalement "accordé l'autorisation à Lufthansa d'effectuer des vols passagers vers la Russie en juin" sans donner de date précise.

"Cela signifie que les vols de Lufthansa à destination de Moscou et de Saint-Pétersbourg peuvent être assurés comme prévu", a ajouté une porte-parole du groupe aéronautique.

Ni le ministère ni la compagnie n'ont détaillé les raisons de ce blocage concernant la délivrance d'autorisation.

La semaine dernière, deux vols d'Air France et un de la compagnie autrichienne Austrian Airlines, filiale de Lufthansa, ont été annulés faute de feu vert de la Russie pour un changement d'itinéraire destiné à éviter l'espace aérien du Bélarus.

Les principales compagnies européennes contournent l'ancienne république soviétique depuis qu'un appareil de Ryanair reliant Athènes à Vilnius a été intercepté et forcé de se poser à Minsk, où un opposant au régime d'Alexandre Loukachenko a été débarqué et arrêté.

Les annulations de vols d'Air France étaient uniquement dues à des "questions techniques", avait assuré le porte-parole du Kremlin.

Les vols entre l'Europe et la Russie "ont la permission d'utiliser des couloirs aériens définis. Si une compagnie veut changer ces trajets, il faut qu'il y ait eu un accord préalable entre la compagnie concernée et la Russie", avait détaillé l'organisme européen de surveillance du trafic aérien Eurocontrol.