L'Agence française du médicament, l'ANSM, a averti lundi que les médicaments actuellement testés contre le Covid-19 pouvaient entraîner des "effets indésirables graves" et ne devaient "en aucun cas" être utilisés en automédication, alors que trois décès potentiellement liés à ces traitements ont été signalés.

"Une trentaine" d'effets indésirables graves, dont "trois décès" chez des patients atteints du coronavirus sont en cours d'investigation pour déterminer si ces événements sont en lien ou pas avec les traitements qui leur ont été administrés: le Plaquénil (hydroxychloroquine) mais aussi d'autres médicaments tels que le Kaletra (un antiretroviral associant lopinavir/ritonavir), a indiqué Dominique Martin, le directeur général de l'ANSM.

Sur Twitter, l'organisme a invité les professionnels de la santé, ainsi que les patiens, à signaler "tout effet indésirable observé dans le cadre d'un recours exceptionnel à ces médicaments". "En cas de mauvaise utilisation, ces médicaments sont toxiques et peuvent être responsables de problèmes cardiaques graves", a également précisé l'ANSM.