D'après ces chiffres du bureau de statistiques écossais (National Records Scotland), dont la publication a été différée en raison de la pandémie, l'Ecosse a dénombré 1.264 morts liées à la drogue en 2019, une hausse de 6% par rapport à l'année précédente.

Ce taux de décès est environ 3,5 fois plus élevé que celui de l'ensemble du Royaume-Uni, dont l'Ecosse fait partie. Le problème a été qualifié par les autorités écossaises d'urgence de santé publique.

Malgré ce nouveau record, la hausse a toutefois marqué un ralentissement par rapport à l'année 2018, où elle avait été de 27%.

Estimant que chacun de ces décès constituait "une tragédie", le ministre écossais de la Santé, Joe FitzPatrick a reconnu qu'ils résultaient d'une "série de défis de longue date et complexes". "Il n'y a pas de raccourci permettant de résoudre cela soudainement. Il y a toutefois des mesures que nous prenons maintenant qui auront un impact plus immédiat", a-t-il ajouté.

Parmi celles-ci figurent un investissement de plus de 95 millions de livres (environ 104 millions d'euros) cette année dans la lutte contre les addictions à l'alcool et à la drogue, ainsi que la distribution de naloxone, un médicament utilisé dans les cas de surdose aux opiacés.

La crise écossaise autour de l'héroïne avait fait irruption sur la scène internationale en 1996 avec le film "Trainspotting" de Danny Boyle, qui se passait à Edimbourg. Près de vingt-cinq ans plus tard, les décès par overdose touchent de plein fouet cette "génération Trainspotting" qui a commencé à consommer de l'héroïne dans les années 1980-1990.

Selon les derniers chiffres disponibles de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, l'Ecosse a le taux de décès liés à la drogue par habitants le plus élevés en Europe, suivie par la Suède.

Parmi les décès comptabilisés en 2019, 69% concernaient des hommes et 68% sont survenus parmi les 35-54 ans, principalement à Glasgow, ville la plus peuplée d'Ecosse, et sa région (404 morts).

Dans 94% des cas, la mort a été causée par plus d'une substance (héroïne, morphine, méthadone, benzodiazépine, opioïde, etc.).