"J'estime qu'Alexeï Navalny a besoin d'une aide médicale qualifiée en Allemagne", a écrit Ioulia Navalnaïa dans une lettre diffusée sur Twitter, estimant réunies "toutes les possibilités pour le transport immédiat d'Alexeï sous la surveillance de médecins de haut niveau" depuis l'arrivée à Omsk, où est soigné l'opposant, d'un avion médicalisé affrété par une ONG allemande.

"Je m'adresse à vous officiellement pour demander d'autoriser le transfert d'Alexeï Navalny vers l'Allemagne", ajoute Mme Navalnaïa dans sa lettre.

Ce transfert est jusqu'à présent refusé par les médecins russes de l'opposant qui estiment son état "instable". Ils ont assuré vendredi n'avoir trouvé "aucun poison" dans l'organisme de M. Navalny, 44 ans.


Selon eux, l'hypothèse privilégiée est celle d'un "déséquilibre glucidique, c'est-à-dire un trouble métabolique" chez l'opposant, qui a pu être causé par "une forte baisse du niveau de glycémie", qui mesure le taux de sucre dans le sang.

Ce refus de transférer Alexeï Navalny à l'étranger a été dénoncé par ses alliés comme une "décision politique" qui "menace la vie" de l'opposant, l'hôpital d'Omsk, en Sibérie occidentale, n'étant "pas équipé" pour traiter ce genre de cas.

"Alexeï doit être transporté d'urgence dans un autre hôpital qui dispose de l'équipement et des spécialistes nécessaires pour son traitement", a plaidé sa porte-parole Kira Iarmych dans une vidéo sur YouTube.

Le Kremlin a pour sa part assuré qu'il s'agissait d'une décision "purement médicale" et que les médecins russes faisaient "tout leur possible pour établir les raisons du malaise du patient et le guérir".

M. Navalny, opposant numéro un au Kremlin, avait fait un malaise à bord d'un avion avant d'être hospitalisé à Omsk, placé en réanimation, dans le coma et sous respiration artificielle. Son état a été jugé "instable et difficile" vendredi.

Ioulia Navalnaïa avait précédemment dit ne "pas faire confiance" à l'hôpital d'Omsk.

Des médecins allemands autorisés à voir Alexeï Navalny

Des médecins allemands ont été autorisés à voir l'opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé en réanimation en Sibérie après avoir été selon ses proches victime d'un "empoisonnement", a indiqué vendredi un membre de son entourage.

"Les médecins qui sont venus sur ce vol de Nuremberg (affrété par une ONG pour transférer M. Navalny en Allemagne) et qui se sont vu refuser l'accès au patient, l'ont obtenu il y a quelques minutes seulement", a annoncé lors d'une conférence de presse à Berlin Leonid Volkov, saluant une "évolution positive".

La Commission européenne réagit

La Commission européenne a demandé, vendredi, qu'une enquête soit menée sur ce qu'il est arrivé à l'opposant russe Alexeï Navalny, dans le coma à Omsk après un malaise dans un avion à destination de Moscou", a indiqué une porte-parole de la Commission.

"Nous demandons une enquête urgente, indépendante et transparente", a-t-elle ajouté en appelant la Russie à autoriser le transfert de Navalny à l'étranger pour qu'il y soit soigné.