Un mois et demi après le déconfinement total de l'Espagne, Aduera del Duero dans la région de Castille-Leon, connue pour ses vignobles, renoue avec la limitation des déplacements au minimum et l'interdiction d'entrer ou de sortir de la localité. D'autres quarantaines locales ont déjà été imposées notamment au Pays Basque, en Catalogne et en Aragon. 

L'Espagne, un des pays les plus frappés par la pandémie, a dénombré à ce jour 310.000 cas et 28.500 décès. Des contrôles de police ont été installés aux abords de la ville, qui restera sous cloche pendant au moins deux semaines, a constaté un photographe de l'AFP. Les forces de l'ordre contrôlent les identités des personnes qui souhaitent se rendre à Aranda del Duero, et empêchent quiconque d'en sortir, sauf raison valable. Quelques camions de marchandise sont parvenus à rentrer dans la ville, précise toutefois ce photographe. 

Malgré une augmentation notable des cas de Covid-19 avec 19.405 nouveaux cas ces sept derniers jours, le ministère espagnol de la Santé a assuré jeudi que l'Espagne ne faisait pas face à une seconde vague de l'épidémie de coronavirus. Les régions les plus touchées sont la Catalogne (nord-est), avec plus de 5.100 cas diagnostiqués cette dernière semaine, et l'Aragon voisin, avec 4.100 cas. Mais cette dernière région est la plus préoccupante avec le plus fort taux de cas du pays, 312 pour 100.000 habitants. L'Espagne entière avait vécu un confinement strict de la mi-mars au 21 juin, mais le gouvernement écarte la possibilité de recourir de nouveau à cet état d'exception.