Dans un message publié sur le réseau social Facebook, il indique avoir présenté mardi soir sa démission au président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. La rumeur de son départ du Palais Bourbon courait de longue date.

M. Griveaux affirme "créer un cabinet qui conseillera et accompagnera les dirigeants d'entreprise dans leurs choix stratégiques".

Dans un message adressé à ses collègues "marcheurs" que l'AFP a pu consulter, le quadragénaire assure qu'il continuera à soutenir les "combats" des députés LREM et à rester "fidèle au président de la République, ainsi qu'au projet de transformation de notre pays que nous avons collectivement porté depuis 2017".

"Je serai toujours à vos côtés, mais différemment, dans les batailles qui s'annoncent", a-t-il écrit.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a salué l'action de Benjamin Griveaux qui, comme "compagnon de route de longue date" d'Emmanuel Macron, a été "très engagé dans les différents postes qu'il a occupés" à ses côtés. "Sa loyauté au président va se poursuivre dans les années qui viennent", a-t-il ajouté, en jugeant "respectable" le "choix personnel et professionnel" fait par l'ancien porte-parole.

Son siège de député de Paris devrait rester vacant jusqu'à la fin de la mandature.

Pour fonder son cabinet, Benjamin Griveaux n'avait pas d'autre choix que de démissionner en vertu d'une loi votée au début du quinquennat, celle du 15 septembre 2017 "pour la confiance dans la vie politique", qui stipule qu'un parlementaire "ne peut pas débuter une activité de conseil à compter de son élection".

C'est le deuxième ex-ministre de la Macronie redevenu député à quitter la vie politique, après le départ début avril de Brune Poirson, ex-secrétaire d'Etat à la Transition écologique, pour le géant hôtelier Accor. Pour éviter une élection partielle, le gouvernement avait prolongé la mission qu'il lui avait confiée sur l'éducation au développement durable. Son suppléant lui a succédé à l'Assemblée.

Parmi les fidèles d'Emmanuel Macron ayant rejoint le privé, figure Sibeth Ndiaye, qui avait succédé à Benjamin Griveaux comme porte-parole du gouvernement en 2019 avant de quitter le gouvernement en juillet 2020 et d'être nommée secrétaire générale d'Adecco France, numéro un mondial du travail temporaire, en janvier.